La plainte supposée contre Jean Ping pour escroquerie et abus de confiance est une fake news (avocats)

Les avocats de Yeo Sihifowa Namogoh, le jeune ivoirien informaticien arrêté le 31 août 2016 pour tentative de falsification des résultats de la présidentielle 2016 au Gabon puis libéré le 13 septembre dernier, ont dans un communiqué démenti l’existence d’une hypothétique plainte contre l’opposant Jean Ping, ancien employeur de sieur Yeo.

« Depuis quelques semaines, la presse en ligne fait état d’une plainte de Monsieur YEO Sihifowa Namogoh devant le Procureur de la République contre Monsieur Jean PING pour escroquerie, abus de confiance et non-respect de clauses de contrat de travail et solliciterait la somme de  80.000.000 F CFA à titre de dommages et intérêts. En qualité de Conseils de Monsieur YEO Sihifowa Namogoh, nous démentons l’information selon laquelle il aurait initié une quelconque procédure. Il s’agit purement et simplement d’une fake news distillée dans l’intention de nuire », a démenti le communiqué consigné par les Me Ange Rodrigue Dadje et Davy Zassi-Mikala, tous deux avocats de YEO Sihifowa Namogoh.
Selon le communiqué rendu public le 1er octobre courant, le « Cabinet Virtus approché par les Conseils de Monsieur YEO SIFOWA, a également confirmé n’avoir nullement été constitué pour sa défense, dans une quelconque procédure et encore moins avoir à cet effet saisi le Procureur de la République près le Tribunal d’Abidjan Plateau, comme l’indiquerait un courrier falsifié circulant sur internet ».
L’informaticien ivoirien Yeo Sihifowa arrêté dans la nuit du 31 août au 1er septembre  2016 au quartier général de l’opposant Jean Ping, par les éléments de la Police judiciaire (PJ) pour  des faits de  « diffusion de fausses informations et des pièces falsifiées  ainsi que la transmission sans autorisation des signaux à l’aide d’installation de télécommunication frauduleuse » relatives à l’élection présidentielle du 27 août 2016 . Il a purgé une peine de 4 ans  de prison ferme à la Maison d’arrêt de Libreville. Le 21 août dernier  le tribunal de première instance de Libreville avait lors de son jugement requis également un an de prison avec sursis avec 10 ans d’interdiction sur le territoire gabonais.

Antoine Relaxe



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.