Marie Madeleine Mbourantsuo dément sa mort

Le président de la Cour constitutionnelle du Gabon, Marie Madeleine Mborantsuo a été obligé vendredi de démentir sa mort annoncée comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux jeudi et vendredi.

« Dites-leur que Mme Mborantsuo, grâce au Dieu qu’elle prie tous les jours, est vivante et fait le travail que la République lui a confié… », s’est-elle indirectement adressée aux auteurs de cette plaisanterie de très mauvais goût.


Coiffée au millimètre près, le regard perçant, Marie Madeleine Mbourantsuo a fait ce démenti débout dans un hall de la Cour constitutionnelle où elle a affirmé avoir eu des séances de travail pour examiner la constitutionnalité de plusieurs textes soumis à son institution.

« Tantôt je suis au Canada, tantôt je suis très malade, je souffre de ceci ou cela… », résume-t-elle les publications à son sujet sur les réseaux sociaux. Dissimulant mal sa colère, celle qu’on désigne par le nom de la « Dame de fer » a préféré ironiser sur ces rumeurs dont elle est régulièrement l’objet.

« Je laisse à ceux-là, la responsabilité des actes qu’ils posent ou la responsabilité de ce qu’ils écrivent », a-t-elle insisté laissant planer tout de même un sentiment de dégoût sur les affirmations infondées sur son état de santé et son agenda.

« C’est Dieu qui donne la vie. C’est Dieu qui retirera lui-même la vie qu’il m’a donné », a soutenu Mme Mborantsuo qui a souhaité une vie éternelle sur cette terre à ses détracteurs.

La patronne de la Cour constitutionnelle a indiqué à ses détracteurs qu’elle est disposée à recevoir tous les auteurs des informations fallacieuses sur sa personne. « Ma porte est ouverte », a-t-elle rassuré.

Magistrate, Marie Madeleine Mborantsuo, 66 ans est l’une des femmes les plus influentes du Gabon. Elle dirige la Cour constitutionnelle depuis sa création en 1991.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.