La SGEPP s’attèle à moderniser son outil de production pour satisfaire la demande nationale

Le Directeur Général de la Société gabonaise d’entreposage des Produits Pétroliers (SGEPP) Félix Andy Makindey Nze- Nguema a présenté à son personnel, lors d’une rencontre professionnelle ses orientations stratégiques axées sur l’accélération de la compétitivité du secteur du gaz de pétrole liquéfié et    produits blancs, devant permettre d’optimiser l’augmentation des capacités de stockage et l’approvisionnement des produits pétroliers dérivés sur l’ensemble du territoire.

L’objectif attendu de cette ambition intégrée dans le cadre du Plan d’accélération de la Transformation (PAT 2021 – 2023) dans lequel le stockage et l’approvisionnement, constituent des « axes prioritaires aux défis de la démarche en termes d’innovation inclusive pour la modernisation de la SGEPP ».

Le DG de la SGEPP, Félix Andy Makindey Nze- Nguema, durant la cérémonie du 26 août à Owendo © D.R
Le DG de la SGEPP, Félix Andy Makindey Nze- Nguema, durant la cérémonie du 26 août à Owendo © D.R

Selon le communiqué de l’entreprise, il était question de donner  le cap des objectifs à atteindre entre la période 2021 et 2023 pour   moderniser la gestion des projets d’investissements liés à la chaîne de valeur « production gaz ».


Avec une production de gaz butane de près de 50 000 tonnes par an, la SGEPP, s’est résolument engagée depuis peu à moderniser son outil de production qui était devenu vieillissant.  La demande nationale en gaz butane qui croît de l’ordre de 5% par an serait le double du chiffre susmentionné.

Le 28 mai dernier, le Ministre du Pétrole, et du gaz, Vincent De Paul Massassa, a mis en service   une sphère de Gaz de pétrole liquéfié (GPL) d’une capacité de 2000 m3 qui permettra d’augmenter considérablement l’autonomie en gaz butane du dépôt de la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP) situé à Owendo, zone portuaire voisine de Libreville.

L’ouvrage permet de renforcer la capacité de stockage de la SGEPP en gaz butane mais surtout d’augmenter l’autonomie nationale qui, passera de quatre à dix jours.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.