Etranglée par la crise l’ANBG décide de retirer certains établissements « trop couteux »

Sandra Flore Mambari Pinze épouse Abessolo © DR

L’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) a annoncé dans un communiqué jeudi qu’elle a décidé de retirer certains établissements dont les contrats de formation des étudiants gabonais coutent trop cher à l’Etat gabonais.


L’agence explique que cette décision vise à proposer aux jeunes gabonais une meilleure formation aux tarifs les plus avantageux.

L’ANBG a donc décidé de réviser l’ensemble des conventions signées avec des établissements d’enseignement supérieur aussi bien au Gabon qu’à l’étranger.

Selon son site internet, l’ANBG a conclu au moins 22 conventions de partenariat avec les établissements supérieurs au Gabon. La liste de ses partenaires extérieurs n’est pas disponible sur le site.

Créée en 2011 l’ANBG exécute la politique du gouvernement dans la gestion des étudiants boursiers gabonais. Son objectif est de garantir à tous les étudiants des chances équitables d’accès et de réussite dans l’enseignement supérieur, en tenant compte des orientations du gouvernement et de l’adéquation formation emploi dans l’attribution des bourses.

Dirigée par Sandra Flore Mambari Pinze épouse Abessolo, l’ANBG ne communique pas sur les montants annuels dépensés par l’Etat pour le paiement des bourses et aux frais d’études. Le Gabon en Afrique centrale demeure un bon modèle en matière de paiement des bourses à ses étudiants au niveau national et international, selon plusieurs sources.  

Marie Dorothée


5 thoughts on “Etranglée par la crise l’ANBG décide de retirer certains établissements « trop couteux »

  1. Est-ce que vous êtes vraiment sérieux quand vous écrivez que le Gabon est un bon modèle de paiement de bourses en Afrique Centrale. Est-ce que vous avez vérifié si le Gabon paie réellement ses bourses. Attribuer une bourse c’est une chose. S’assurer la charge du paiement c’est autre chose.

    1. Bonjour !
      Excepté qu’il y a parfois les retards de virements une fois l’accord obtenue, je reconnais que le Gabon reste un exemple incontournable dans ce domaine en Afrique centrale.
      Ailleurs, c’est parfois 50.000 F qu’on donne, une fois par année, aux étudiants notionaux peu importe le niveau d’étude. Pour ceux désirant aller à l’extérieur, leurs études sont financées par l’étudiant ou ses parents ou par une bourse obtenue par l’établissement d’accueil.
      Reconnaissons au pays ce petit effort.

  2. Bonjour madame, je comprends votre nouvelle décision et j’en suis d’accord, il y’a vraiment trop d’école coûteux. Néanmoins, communiquer nous les listes de ses établissements qui ont été retirés de votre compte. Pour que nous n’allons plus nous inscrire là-bas ( la politique de tous c’est écoles, c’est qu’ils sont en partenariat avec l’anbg, personne ne nous dirons qu’il ne le sont pas.)
    Merci de vous bonne compréhension.

  3. Bonjour
    Le numéro conquérant l’agence, nous espérons la liste des établissements retenus sera publiée pour éviter les sauts d’humeur des uns et des autres.
    Surtout que ceux envoyés dans les établissements « trop coûteux » ne seront pas traumatisés, le retard des virements est déjà pénible à supporter.

  4. Bjr. Je ne sais si c’est la bonne adresse pour ma préoccupation qui est celle de savoir ce qu’il faut en cas de perte de données pour retrouver un compte ebourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.