Le correspondant de BBC interdit d’exercer son métier au Gabon durant un mois

Charles Stéphane Mavoungou, un journaliste talentueux qui s’est malheureusement lourdement trompé © DR

Libreville, 15 novembre (Gabonactu.com) – Charles Stéphane Mavoungou, journaliste, correspondant de la radio Britannique BBC, service Afrique, a été interdit jeudi par la Haute autorité de la communication (HAC) d’exercer son métier durant un an au Gabon, pour s’être trompé dans la lecture de la décision de la Cour constitutionnelle ayant autorisé mercredi soir au Vice-Président de la République ou au Premier ministre de présider un conseil des ministres en l’absence du président de la République.
 
Dans son reportage diffusé jeudi matin sur les antennes de BBC Afrique, le journaliste a plutôt affirmé que la Cour constitutionnelle a désigné la présidente du Sénat pour assurer l’intérim du président de la République actuellement hospitalisé à Riyad en Arabie saoudite.
 
La Cour aurait appliqué l’article 13 de la constitution sur la vacance du pouvoir suite à une saisine du Premier ministre.
 
Le journaliste a annoncé que la « présidente de la République par intérim », Lucie Milebou Aubusson prêtera serment incessamment.
 
« Le gouvernement gabonais dément formellement cette information erronée et réaffirme que Monsieur Ali Bongo Ondimba est bien le président de la République gabonaise », a déclaré le ministre de la Communication, porte parole du gouvernement, Guy Bertrand Mapangou dans une déclaration très solennelle.
 
Le ministre qui a exigé de BBC un « démenti rapide » et le retrait de « cette fausse information » a dénoncé un « objectif délibéré de semer le trouble, la confusion et le désordre en République gabonaise ». Il a, par la même occasion, attiré « l’attention du régulateur de veiller au respect des règles, normes et lois qui régissent la communication en République gabonaise ».
 
La décision ne s’est donc pas fait attendre, la HAC a sévèrement puni le journaliste. Formé au Cameroun, Charles Stéphane Mavoungou est l’une des étoiles montantes de la presse gabonaise. Il est très sonné par cette maladresse.


Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.