Sans autorisation, le collectif des Églises charismatiques de réveil annonce la réouverture de ses lieux de culte le 25 octobre prochain

L’Archevêque Jean Baptiste Moulacka lisant la déclaration en présence de ses pairs © Capture écran Gabonactu.com

Le président du Collectif des Églises pentecôtistes et charismatiques de réveil, l’Archevêque Jean Baptiste Moulacka a annoncé dans une déclaration, la réouverture sans autorisation préalable du gouvernement de tous les lieux de culte appartenant aux Eglises dites de réveil le 25 octobre prochain.

« Considérant l’importante tendance baissière de la pandémie au Gabon et du déconfinement de tous les secteurs d’activités de notre pays et qu’il apparait évident que la fermeture des lieux de culte ne se justifie plus, déclare la reprise officielle des activités  dans toutes les églises du Collectif  des Communautés,  Ministères  pentecôtistes charismatiques et de réveil et Eglises apparentées  le dimanche 25 octobre 2020 sur toute l’étendue du territoire nationale et dans le respect des mesures barrières », a déclaré l’Archevêque Moulacka, appelant par ailleurs toutes églises à respecter cette décision.
Au cours de cette déclaration solennelle aux allures d’une défiance vis-à-vis du gouvernement, tenue le 10 octobre courant, l’Archevêque Jean Baptiste Moulacka était entouré de la quasi-totalité des leaders des Eglises charismatiques de réveil du pays.
Le 12 mars dernier, le gouvernement avait décidé, entre autres, de fermer les lieux de culte, des écoles, des bars, des frontières après avoir constaté l’apparition d’un premier cas positif au Covid-19 à Libreville. La mesure préventive visait d’endiguer la propagation de la pandémie sur l’ensemble du pays. Le pays compte à ce jour 8 835 cas positifs dont 8 189 guérisons et 54 décès.
Sept mois après, le gouvernement refuse de réouvrir les lieux de culte, pour dit-on, éviter la résurgence de l’épidémie malgré la tendance baissière avec à la clé une séroprévalence de 4%.
La déclaration de ces leaders religieux sonne comme défaillance à l’autorité qui du reste est « sourde » à leurs doléances. Elle pourrait ne pas rester sans conséquences. L’Eglise catholique annoncé également la réouverture de ses chapelles la même date.
Le 27 septembre dernier, l’Archevêque Jean Baptiste Moulacka avait été interpelé par la police pour avoir réouvert son Eglise baptisée : « Bethsaïda », située dans le 6ème arrondissement de Libreville. Il avait été relâché plusieurs heures après un long et pénible interrogatoire. Le prélat   justifiât son geste par le nettoyage et la désinfection du temple en vue de l’apprêter pour une éventuelle reprise des activités ecclésiastiques.

Sydney IVEMBI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *