Réouverture des églises : les églises éveillées boudent encore

Plusieurs pasteurs membres du collectif des églises pentecôtistes et charismatiques de réveil ont refusé dimanche de rouvrir leurs églises pour protester contre la décision « injuste » du gouvernement de n’autoriser que 30 fidèles par culte quel que soit la grandeur de l’église.

« Nous avons dit que nous ne pouvons pas faire ouvrir les églises pour 30 personnes pour un culte qui dure une heure avec des policiers qui regardent la montre bâton à la main menaçant de vous arrêter si vous dépasser le temps », a déclaré l’Evêque Jean Baptiste Moulaka, porte parole du collectif.


« Nous n’acceptons pas ce diktat », a insisté le fondateur de l’église Beth Saïda située au quartier Sibang dans le 6ème arrondissement.

Le collectif affirme avoir soumis un mémorandum au ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha qui n’en a pas tenu compte.

Le collectif suggère au gouvernement un allègement sur le nombre de participant au culte en fonction de la grandeur de chaque église.

« J’ai une capacité de 1000 places. J’ai supprimé 700 chaises. Il me reste 300 places assises dans le temple. La distanciation sociale est largement respectée », a témoigné l’évêque Moulaka.

Un reporter de Gabonactu.com a constaté que plusieurs églises de réveil étaient fermées à Libreville probablement en application de la consigne du collectif.

L’église Nazareth du pasteur Georges Bruno Ngoussi n’adhère pas à ce mouvement. Dimanche, les fidèles ont célébré leur premier culte sous surveillance policière.

L’église catholique qui s’est aussi récemment « rebellée » contre l’Etat a rouvert ses paroisses dimanche. La cathédrale Sainte Marie a organisé 12 cultes pour permettre à plus de fidèles de profiter de la très préférée messe de dimanche.

Après un bras de fer, le gouvernement a fait marche arrière en suspendant les conditions les plus contestées par les religieux. Parmi ces conditions : l’obligation de présenter un test Covid-19 négatif avant d’entrer dans un lieu de culte. L’interdiction de boire la communion et de donner des offrandes.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.