Immigration clandestine : la DGDI fait obstacle à 74 ’’sans-papiers’’

Libreville, 5 novembre (Gabonactu.com) – les limiers de la brigade nautique de la direction générale de la Documentation et de l’Immigration (DGDI) ont interpellé dimanche, quelques 74 immigrés clandestins de 7 nationalités africaines, à l’emplacement de l’ancien hôtel Atlantique (face à l’aéroport international Léon Mba), dont un nourrisson nigérian, âgé d’à peine 2 ans.  

Les immigrés clandestins surpris par la police@DR

Il s’agit de 48 togolais, dont 45 femmes ; 15 Burkinabès dont 2 femmes ; 5 béninois dont 2 femmes ; 3 Nigérians dont 1 femme et 1 nourrisson de 2ans ; 2 Guinéens (Conakry) ; 1 Malien et 1 Nigérien.
Le 23 octobre dernier, la brigade nautique de la Gendarmerie nationale avait mis la main sur une cargaison de 55 immigrés de 6 nationalités dont une majorité absolue de nigérians, aidés par 9 membres de l’équipage d’un navire battant pavillon camerounais.
Une vue des jeunes immigrées qui ont été  »copieusement exploitées » pour gagner le droit d’entrée au Gabon@DR

Les 74 immigrés ont été débarqués par peur des patrouilleurs de la DGDI, aux larges du lycée Léon Mba, dans des pirogues, par des passeurs qui les ont récupérés aux larges de la capitale Gabonaise, à en croire leurs déclarations. Ils se seraient abrités dans des cabanes de fortune, mais sans grand succès.
Ils ont avoué avec regrets d’avoir déboursé jusqu’à 400 000 FCFA la tête au départ de Calabar (au Nigéria) qui semble être la plaque tournante de ce trafic.
Cependant, les jeunes femmes ont été dispensées de cette dépense, indique-t-on. Il semble qu’elles aient payé ’’autrement’’, à raison de l’équivalent de 100 000 FCFA mensuels, 8 mois durant, ont indiqué trois togolaises interrogées au centre de rétention administrative de la DGDI.
Selon la direction de contrôle de l’Immigration, citée par la presse du ministère de l’Intérieur, ’’tous ces immigrés clandestins seront reconduits à la frontière dès que la filière du réseau de passeurs aura été remontée’’.

Précieux Koumba


Source : Presse ministère de l’Intérieur

Photos: Presse ministère de l’Intérieur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.