Eloi Nzondo exige un grand toilettage du carrefour Potos

 
Libreville, 14 janvier (Gabonactu.com) – Le gouverneur de la province du Haut-Ogooué (sud-est), Eloi Nzondo, a réuni récemment les autorités municipales et les commerçants de la ville de Franceville pour annoncer qu’il serait sur le point de déguerpir tous les commerces autours du carrefour Potos si les commerçants eux-mêmes et la municipalité ne s’engagent par à rendre propre cette principale vitrine de la ville.
 
« Soit tous les commerçants quittent Potos et tous ses artères, soit la Mairie aménage des espaces pour tous les commerçants », a urgé le Gouverneur, première autorité hiérarchique de la province.
 
Ancien maire adjoint de Libreville, Eloi Nzondo a clairement indiqué que l’insalubrité à Potos résulte des incompréhensions entre les autorités municipales et les commerçants. Une franche collaboration entre les deux parties améliorerait les choses, selon le gouverneur.
 
« Il est hors de question que nous installons l’anarchie ici », avait déjà vociféré le gouverneur en octobre dernier après une visite à Potos où sont concentrés le marché, les boutiques, les restaurants, les bars et petits motels ainsi que les grilles anarchiques pour arroser les soirées.
 
« La consolidation d’un état de droit repose sur le respect et la restauration de l’autorité de l’état », avait-il menacé.
 
Franceville est construite sur un site vallonné en pleine savane. Ville administrative, Franceville ne regorge pas d’une multitude d’industries pour son rayonnement économique.  Une succursale de la Société des brasseries du Gabon (SOBRAGA) et le terminus du chemin de fer Transgabonais sont les principaux pôles économiques de la ville. Cependant, la vie à Franceville est très accélérée. C’est le fief de la famille Bongo Ondimba où les dignitaires sont généralement des hauts cadres de l’administration ou d’anciens dirigeants de la République.

Antoine Relaxe



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.