Climat délétère à Fougamou : entre indignation et colère de l’opposant Massavala Maboumba

L’opposant Fréderic Massavala Maboumba durant sa conférence de presse le 26 août à Libreville © Gabonactu.com

L’opposant Frédéric Massavala Maboumba a dans une récente conférence de presse (26 août) manifesté son indignation et sa colère contre la recrudescence du phénomène de crimes rituels  qui prévaut à Fougamou, chef-lieu de Tsamba  Magotsi dans la province de la Ngounié (sud).

« Que ceux qui pensent que leur bonheur passe par le sang des autres puissent enfin arrêter », a tonné M. Massavala Maboumba, indiquant au passage qu’aucune raison ne peut justifier les disparitions, les assassinats, les enlèvements d’enfants » qui jettent l’opprobre sur une communauté.
Ledit phénomène est caractérisé par des assassinats et des disparitions forcées commandités par certaines personnalités politiques du cru tapies dans l’ombre.
Pour l’ancien porte-parole de Jean Ping, ces faits sordides sont engendrés par le sempiternel combat politique pour le leadership de la paisible ville de Fougamou. Une région qui semble être prise en otage par des forces d’inertie bien connues.
« Il y a des gens qui pensent qu’être leader c’est faire en sorte que plus personne ne bouge, ne parle, ne respire autour d’eux. C’est ça le problème. Alors les réseaux sociaux sont sollicités pour être les réceptacles d’un combat innommable où tout y passe. Les accusations, les contre accusations. Et en la matière souvent, c’est le pyromane qui crie au feu. Le Gabon est une maison de verres, tout ce qui se fait se sait, tout ce qui se dit se sait », a-t-il souligné.
Aucune raison ne justifier ces ignominies selon l’ancien Ministre Délégué à l’Éducation nationale sous Omar Bongo Ondimba.  Grand tribun connu, l’homme politique a promis déployer une grande croisade contre les crimes dits rituels à Fougamou pour laver l’honneur du peuple Gisir, groupe éthique majoritaire de Tsamba Magotsi.
Il s’est donné pour mission de barrer la route  à ce pyromane qui accuse toujours les « innocents ».


Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.