Bruno Ben Moubamba candidat en 2016

Photo facebook : Bruno Ben Moubamba lors d’un récent séjour aux USA

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le secrétaire général de l’Union du peuple gabonais (UPG, aile Mathieu Mboumba Ndziengui), Bruno Ben Moubamba, a annoncé samedi dans un meeting à Kango sur la route nationale N°1 qu’il sera candidat à l’élection présidentielle de 2016, selon des extraits de sa déclaration diffusés par Radio Gabon.


« Je vais vous annoncer une bonne nouvelle. L’UPG aura un candidat en 2016 », a déclaré l’ancien candidat indépendant à la présidentielle anticipée de 2009.

« Et ce candidat ça sera moi », a-t-il ajouté sous les youyous des militants.

Bruno Ben Moubamba a tout de suite nuancé que le parti pourrait avoir d’autres candidats mais ses chances restent intactes.

 

Division

 

Pour Bruno Ben Moubamba, 2016 sera l’année du triomphe de l’UPG. Il souhaite réaliser l’exploit que le fondateur du parti, Pierre Mamboundou n’a pas pu après plus de deux décennies de lutte acharnée pour déboulonner feu Omar Bongo Ondimba.

Leader populiste, Pierre Mamboundou avait revendiqué la victoire lors des présidentielles de 1998, 2005 et 2009 sans être proclamé élu par la Cour constitutionnelle. Sa disparition en octobre 2011 a ouvert une page très agitée de l’avenir de son parti, l’unique joie qu’il avait de vivre dans ce Gabon qu’il décrivait comme un cake accaparé par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et une petite minorité de gabonais à la solde des intérêts étrangers.

 

Photo archives : Pierre Mamboundou au sommet de sa carrière politique quelques morts avant sa disparition
Photo archives : Pierre Mamboundou au sommet de sa carrière politique quelques morts avant sa disparition

 

Plusieurs de ses proches ont quitté le navire, d’autres ont créé leur propre parti alors que la maison mère a été secouée par une scission entre loyalistes et légaux.

L’affaire portée devant les tribunaux a été tranchée en faveur de l’aile de Mathieu Mboumba Ndziengui dont Moubamba est le secrétaire général mais l’autre aile dirigée par Moukagni Iwangou ne désarme pas. Elle continue de parler et d’agir au nom de l’UPG devenu comme un serpent à double tête.

 

Martin Safou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.