Perenco accusé d’une nouvelle pollution à grande échelle dans le Fernan-vaz

Des activistes dans un cours d’eau présumé pollué par Perenco © Gabonactu.com

La compagnie pétrolière Perenco est accusé par les ONG d’être à l’origine d’une nouvelle pollution à grande échelle dans le Fernan-vaz, selon un communiqué du Réseau libre des organisation pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) dirigé par Georges Mpaga.

Des hydrocarbures auraient été trouvé dans un cours d’eau à Samkita, dans la zone de Ntchonga ( Fernan-vaz), selon le communiqué dont une copie a été envoyée à la rédaction de Gabonactu.com

« Perenco poursuit son œuvre de destruction des écosystèmes et de pollution à grande échelle dans le département d’Etimboue au Gabon. Une véritable entreprise criminelle, un empoisonnement à ciel ouvert des populations. Ce drame se déroule devant nos yeux ! », s’alarme le ROLBG.

« Ne pas agir fait de nous, société civile et communautés, les complices de cette multinationale », prévient l’organisation.

En octobre dernier le ROLBG a réalisé une première mission dans la région. Celle-ci a permis de « mettre en lumière les côtés sombres et opaques de cette multinationale dont les activités menées depuis 28 ans en Etimboue font ressortir le manque de transparence, la violation des engagements en matière de RSE et globalement, ce département est la parfaite illustration du syndrome hollandais, notamment des localités riches en ressources extractives, mais paradoxalement pauvres ».

« En 28 ans de présence et de soustraction des ressources naturelles d’Etimboue, ce département est toujours dans une nuit obscure du développement aggravée par la pollution. Cette pollution décriée par le ROLBG, les élus locaux et les communautés, engage clairement la responsabilité de Perenco, pollueur payeur », martèle le communiqué.

« Le ROLBG, soutenu par les autres organisations de la société civile ainsi que les  communautés locales mettra tout en œuvre pour que Perenco assure les réparations nécessaires liées aux pollutions engendrées par son action sur le terrain », insiste le texte.

Le ROLBG et l’ensemble des parties prenantes « sont plus que jamais déterminés à obliger le pollueur Perenco à assumer totalement les conséquences néfastes de ses activités opérationnelles en Etimboue », cogne le ROLBG.

Le ROLBG fait accompagner son communiqué par des vidéos montrant ses militants pataugeant dans une eau sombre avec des hydrocarbures flottant.

Perenco n’a pas communiqué sur ces pollutions dénoncées par le ROLBG.

Camille Boussoughou 

Suivez nous et Aimez nos pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email