Catégories
Justice Politique

Le CLR soutient sans détour le projet de révision constitutionnelle

Le Délégué général du CLR, Dr Nicole Assélé   le 14 septembre 2019 à Libreville © Archives  Gabonactu.com

Le Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité) a dans un communiqué dont Gabonactu.com a obtenu copie, apporté son soutient au projet de révision constitutionnelle initié par le Président Ali Bongo Ondimba le 18 décembre 2020 pour dit-on mettre fin au vide juridique  ayant trait aux dispositions traitant de  la vacance de pouvoir.

« Face au vide juridique relatif au cas d’indisponibilité temporaire du Président de la République Chef de l’Etat, ayant favorisé des actes nos conformes aux dispositions législatives et règlementaires en vigueur ; et eu égard à la volonté du gouvernement de prévenir toutes les situations qui pourraient entraver le fonctionnement régulier des institutions et des pouvoirs publics ; le Centre des Libéraux Réformateurs, parti membre de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence soutient cette démarche du gouvernement », mentionne le communiqué officiel du CLR pondu au terme de la réunion du Directoire.

Ladite réunion du Directoire a eu lieu le 22 décembre. Elle était codirigée par le Président du Conseil politique, Jean Boniface Assélé et le Délégué général du CLR, Dr Nicole Assélé.

Le projet de révision constitutionnelle prévoit dans son article 13 la mise en place d’un collège des trois personnalités (président du Sénat, président de l’Assemblée Nationale, et le Ministre de la Défense) pour diriger conjointement  le pays d’une manière intérimaire en cas de vacance de pouvoir. L’initiative est vivement contestée par l’opposition et la société civile.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Les familles Bongo et Assélé finissent par se réconcilier, 2023 en perspective

Le président Ali Bongo Ondimba est venu chez Jean-Boniface Assélé pour rendre un dernier hommage à sa tante maternelle, Marie-Louise Adira Dabany, lundi 16 novembre 2020 © DR takipçi satın al

Après s’être récemment réconciliée avec Pascaline et avoir entamé un rapprochement avec Omar Denis Junior, le président Ali Bongo Ondimba vient de faire de même avec le clan Assélé à l’occasion des obsèques de Marie-Louise Adira Dabany. Ce qui n’est pas sans conséquence dans la perspective de l’élection présidentielle de 2023.

Ce lundi 16 novembre au matin, c’est en toute discrétion que le président de la République Ali Bongo Ondimba est venu rendre un dernier hommage à Marie-Louise Adira Dabany, sa tante maternelle.

A cette occasion, le chef de l’Etat était accompagné d’une forte délégation emmenée par le secrétaire général de la Présidence, Jean-Yves Teale, et comprenant notamment sa propre sœur, Betty Bongo Ondimba, le commandant en chef de la garde républicaine, Brice Oligui Nguema, considéré comme un membre à part entière de la famille, ou encore le porte-parole de la Présidence, Jessye Ella Ekogha.

Comme un symbole, c’est au domicile du patriarche Jean-Boniface Asselé, avec lequel les relations ont été ces dernières années plutôt fraiches, que la cérémonie a eu lieu.

« Nous faisons partie de la même famille » (Léon Paul Ngoulakia)

« Le président Ali Bongo fait partie de la même famille. C’est mon jeune frère. Il était de notre devoir de nous retrouver tous ensemble, même si c’est dans les conditions difficiles du deuil. Mais Dieu faisant, nous nous sommes tous retrouvés et ça n’est que du bonheur. Nous avons enterré notre Maman dans l’harmonie et la réconciliation. C’est très important pour nous », a déclaré Léon Paul Ngoulakia, neveu de la défunte qui avait pourtant pris position contre Ali Bongo Ondimba lors de la dernière élection présidentielle. C’était en 2016. Mais cela semble aujourd’hui être une éternité.

« Un moment très important de retrouvailles et de réconciliation » (Nicole Asselé)

En effet, après des années d’incompréhension et de déchirements, la réconciliation entre le président et sa famille maternelle est irrémédiablement scellée, comme l’a indiqué Nicole Asselé, la fille du patriarche du clan. « Cette cérémonie était l’occasion pour le président de retrouver sa famille. Avec tout ce qu’il a vécu ces derniers temps, c’était un moment très important de retrouvailles et de réconciliation », a souligné celle qui est le délégué général du CLR.

Cette réconciliation entre le Président et sa famille maternel intervient quelques semaines seulement après celle intervenue avec Pascaline, sa sœur, ainsi qu’avec son jeune demi-frère, Omar Denis Junior (lire notre article).

Implications politiques

Ce grand mouvement de réconciliation au sein de la famille Bongo ne se borne pas à la sphère privée. Il a des conséquences, et non des moindres, sur le plan politique, comme l’explique de manière éclairante un professeur en science politique de l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB).

« Ce qui se passe aujourd’hui au sein de la famille Bongo doit également être analysée dans la perspective de l’élection présidentielle de 2023 (…) L’opposition est trop atone pour pouvoir véritablement espérer sur ses seules forces challenger la majorité. Du coup, beaucoup dans ce camp pariaient sur la division de la famille présidentielle pour contrarier une possible candidature et réélection du président Ali Bongo Ondimba (…) Mais depuis quelques mois, cette hypothèse a pris du plomb dans l’aile. On sait aujourd’hui que la majorité présidentielle abordera l’échéance de 2023 en rang serré, unie, et donc en position de force face à des adversaires qui eux sont extrêmement divisés », analyse l’universitaire.

A l’évidence, ce qui s’est joué ces dernières semaines au sein de la famille Bongo est bien plus qu’une réconciliation familiale mais déjà sans doute une partie de l’élection présidentielle de 2023.

Source : Lalibreville.com

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Non classé

Jean Boniface Assélé et sa fille Nicole sont allés rabattre les cartes au PDG

Jean Boniface Assélé et ses hôtes © EDB

Le président d’honneur du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Jean Boniface Assélé et le Délégué général de son parti, Nicole Assélé se sont rendus lundi au siège du Parti démocratique gabonais (PDG) où ils ont rallumé la flamme de leur collaboration dans le cadre de la Majorité Républicaine & Sociale pour l’Emergence.

Le général à la retraite connu pour son franc parler est allé exprimer au Secrétaire général du PDG, Eric Dodo Bouguendza son mécontentement sur le fonctionnement actuel de la Majorité Républicaine & Sociale pour l’Emergence, un regroupement des partis politiques qui soutiennent la politique du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Le CLR est la seconde force politique de cette majorité avec 6 sénateurs, 1 député et de nombreux élus locaux. Le parti ne compte, à ce jour aucun membre au gouvernement ni dans un organe de décision.

Jean Boniface Assélé qui était également accompagné de Jean-Claude Ivala, SG du CLR, souhaite revisiter la convention qui lie le PDG à ses alliés dans le cadre de cette majorité. L’oncle d’Ali Bongo Ondimba souhaite aussi clarifier la collaboration de son parti avec le PDG dirigé par son neveu.

Eric Dodo Bouguendza a simplement reconnu avoir reçu le général Assélé et sa délégation. Il n’a pas dit s’il a réussi ou pas de calmer la bouderie du président d’honneur du CLR.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Crise au CLR : Nicole Assélé dénonce une cabale indigne et lamentable

Nicole Assélé, Déléguée générale du Centre des libéraux réformateurs (CLR) qui aurait été limogé du parti par son père Jean Boniface Assélé, fondateur de cette formation politique, a dénoncé jeudi une cabale indigne et lamentable.

« La cabale actuelle contre le #CLR, qui va jusqu’à affabuler un achat des consciences imaginaire de nos élus locaux de #LBV à travers ma personne, est indigne et lamentable », a tweeté le numéro un du CLR.

« Elle consacre la faillite morale de ceux dont la désinformation est désormais un abject fonds de commerce », enfonce-t-elle.

Le Président du Conseil politique du CLR, Jean Boniface Asselé, aurait signé deux lettres qui exclus Nicole Asselé (Déléguée générale) et Alexandre Désiré Tapoyo (Délégué général adjoint 1) de son parti.

Largement diffusées sur les réseaux sociaux, ces lettres alimentent les débats de l’autodestruction de la célèbre et forte famille Assélé.

Le CLR est le 2ème parti de la majorité présidentielle. Il compte un député, 6 sénateurs et une centaine d’élus locaux.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

CLR : l’exclusion supposée d’Alexandre Désirée Tapoyo est une Fake news selon Nicole Assélé

Le Délégué général du CLR, Dr Nicole Assélé © Archives Gabonactu.com

Le Délégué général du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Dr Nicole Assélé a dans déclaration dont Gabonactu.com obtenu copie, démenti l’exclusion de son adjoint Alexandre Désiré Tapoyo par une prétendue décision émanant du président fondateur du parti, Jean Boniface Assélé. 

« Cette décision qui s’apparente à un FAKE NEWS polluant la toile actuellement, aux fins de mettre de l’opprobre dans la gestion de notre Parti, ne peut prospérer », a déclaré Dr Assélé.

La patronne du CLR a condamné avec véhémence la « diffusion malveillante d’une pseudo-décision d’exclusion sans fondement ni objet ». Pour elle, cette manœuvre sordide visant à déstabiliser sa formation politique a été ourdie par certains militants disciplinés.

« Compte tenu de la gravité répétée de la diffusion des notes et décisions internes au Parti dans les médias à des fins inavouées portant atteinte à l’intégrité et à l’unité du CLR, une procédure disciplinaire sera instruite à l’encontre des militants indélicats, conformément à l’Article 75 des statuts dans ses alinéas 9 et 10 », a-t-elle prévenu.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Nicole Assélé préside une réunion extraordinaire du CLR malgré sa supposée suspension

Nicole Assélé préside une réunion extraordinaire du CLR malgré sa supposée suspension

Le Délégué général du CLR, Dr Nicole Assélé présidant la reunion du Directoire le 2 septembre à Libreville  © Com CLR

Le Délégué général du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Dr Nicole Assélé a présidé mercredi une réunion extraordinaire du Directoire du parti malgré la prétendue sanction (suspension de fonctions pour 30 jours) qui lui a été infligée le 30 août par le président fondateur de la formation politique Jean Boniface Assélé.

Tous les membres du Directoire du CLR étaient présents à la réunion extraordinaire © Com CLR
Tous les membres du Directoire du CLR étaient présents à la réunion extraordinaire © Com CLR

« Dans le sillage de la réflexion entamée lors de la précédente rencontre similaire du 28 août dernier, précisément relative à l’examen du projet de notre nouveau règlement intérieur, j’ai convié ce mercredi 2 septembre les membres du #Directoire à une réunion extraordinaire, au siège de notre parti », a écrit Dr Assélé.

Cette activité, reflète le fonctionnement efficient du CLR. Nombre d’observateurs pensaient que ce parti politique était miné par une crise, eu égard à la sanction infligée à ses deux principaux animateurs, Dr Nicole Assélé et son adjoint Alexandre Désiré Tapoyo. Ladite suspension semble avoir été reconsidérée, au regard de la sérénité qui règne dans la maison CLR.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Le torchon ne brûle finalement pas au sein du CLR

Le président fondateur du CLR, Jean Boniface Assélé, donnant les directives au Délégué général du CLR Dr Nicole Assélé le 1er septembre au siège du parti à Libreville © Com CLR

Après avoir notifié la sanction portant suspension de 30 jours de leurs fonctions au Délégué général du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Dr Nicole Assélé et son adjoint Alexandre Désiré Tapoyo, le président fondateur du parti, Jean Boniface Assélé, s’est affiché dans une photo pleine de convivialité le 1er septembre avec la patronne prétendue sanctionnée de sa formation politique.  

« Pour ce mois de septembre qui débute ce jour, le Camarade Fondateur et moi-même adressons nos vœux chaleureux les meilleurs à tous nos cadres et militants, ainsi qu’à tous les autres compatriotes s’intéressant à la vie de notre parti dont la cohésion et l’action actuelle demeurent fermes et sans faille », a souhaité avec joie Mme Assélé sur sa page Facebook.

Un message traduisant la sérénité au sein du CLR. La suspension des fonctions doublée d’une demande d’explications notifiée aux deux principaux animateurs  du parti semble être une simple farce du président nonagénaire du conseil politique du CLR.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages

film izle

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

An 60 : le CLR magnifie l’action d’Ali Bongo

Le Délégué général du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Dr Nicole Assélé a dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de  de l’indépendance ce 17 août magnifié l’action politique pour le moins révolutionnaire, dit-elle,  portée par le Président Ali Bongo Ondimba, durant ses 11 ans de magistère à la tête du Gabon.

« Président de la République gabonaise depuis octobre 2009, Ali BONGO ONDIMBA a incontestablement su apporter sa grande contribution à l’accélération du développement du pays.

Routes, hôpitaux de dernière génération, projets d’envergure en matière de diversification de notre économie, amplification de l’action publique en matière d’Assurance-maladie universelle, appui renforcé aux couches sociales les plus fragiles, promotion plus accrue de la Femme et de la jeunesse, sont, avec beaucoup d’autres qu’il serait trop long d’énumérer ici, et souvent malgré un contexte financier difficile, les principaux actes posés par le Chef de l’État en près de 11 ans de magistère.

Toutefois, de toutes les grandes réalisations nationales déjà effectuées depuis une soixantaine d’années, consolidée au fil des ans par le Dialogue. l’Union, le Travail et la Justice, la Paix reste une constante à laquelle nous sommes tous viscéralement attachés.

C’est pourquoi, fondé selon une vision éclairée et même avant-gardiste par Jean-Boniface ASSELE il y a plus d’un quart de siècle, le Centre des Libéraux Réformateurs est et demeurera toujours un parti profondément au service de ce patrimoine commun que sont la Paix et la cohésion nationale, en prônant particulièrement le développement multidimensionnel de l’être humain, précisément du Gabonais et de la Gabonaise.

Ce qui, à nos yeux, constitue une condition sine qua non pour l’atteinte du progrès collectif qui est, pour chaque État, le but ultime de sa pleine et entière autodétermination, dans l’intérêt de tous sans exclusive.

Bonne fête à nous tous et que Dieu bénisse le Gabon ! ».

Source : Com CLR

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Le CLR aura son candidat à l’élection présidentielle de 2023 selon Jean Boniface Assélé

Le président du conseil politique Jean Boniface Assélé © D.R

Le président du Conseil politique du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Jean Boniface Assélé a déclaré dans une émission intitulée ‘’Assélé discute avec vous’’ diffusée sur les ondes de sa radio privée baptisée « Génération nouvelle », que son parti aura son candidat différent de celui de son allié traditionnel le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) à l’élection présidentielle de 2023.

« Je vais de plus en parler de l’élection de 2023, comment nous sommes en train de nous préparer nous aussi. Je ne manquerai pas de vous dire qu’en 2023 nous aurons un candidat. Il faut dire les choses honnêtement et désormais. Parce que si nous sommes laissés à nous-mêmes nous nous battons. Je suis celui qui sait se battre tranquillement pour cela », a déclaré sans détour M. Assélé, connu pour ses sorties fracassantes.

Le général à la retraite (81 ans), n’a pas cependant indiqué si c’est  celui qui sera candidat à ces prochaines joutes électorales.

Jean Boniface Assélé a maintes fois dénoncé le diktat du PDG qu’il reproche de fouler au pied la charte de la majorité présidentielle et sociale pour l’émergence.

L’émission interactive’’Assélé discute avec vous’’, à forte tonalité diffusée le 27 juillet courant sur les ondes de  la radio Génération Nouvelle qui émet sur la fréquence FM 97.5,  a été suspendue au même titre que la radio le 18 mars dernier par  la Haute autorité de la communication (HAC) .

La HAC avait reproché Jean Boniface Assélé d’avoir tenu des propos incendiaires lors d’un numéro diffusé le 16 mars 2020. Répondant à la question d’un auditeur, l’oncle maternel du Président Ali Bongo Ondimba avait dit que : « je ne sais pas où est mon neveu. Je dirais tout ce que je sais. A cet âge je n’ai pas peur de parler. Je ne sais pas où il est. Peut-être qu’on l’a même tué. Il est mort. Il a été momifié. Enterré. Je ne sais pas où il est ».

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique Santé

Mesures d’accompagnement au Covid-19: le CLR décline ses propositions

Le SG du CLR durant le point de presse le 7 avril à Libreville ©  Gabonactu.com

Le secrétaire général  du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Jean Claude Ivala a, dans un point de presse tenue mardi à Libreville, salué les mesures d’accompagnement annoncées le 3 avril courant par le Président Ali Bongo Ondimba pour aider ses compatriotes  à faire face à la crise du Coronavirus (Covid-19), avant   de décliner  une série des propositions de son parti.

Le CLR,  préconise « l’application immédiate et urgente de la mesure portant gratuite des loyers, avec effet rétroactif sur le mois consommé de mars 2020, et sur les critères inclusifs et transparents ;  l’opérationnalisation immédiate de la Banque alimentaire, sur la base du croisement des fichiers CNAMGS, Affaires sociales, CNSS, CPPF, SEEG, et ONE et la réduction de 30 à 50 % du taux de la TVA sur les produits de consommation courante pour une relative équité sociale dans une crise dont l’impact est sans distinction de classes sociales ».

Le parti du général à la retraite  Jean Boniface Assélé souhaite aussi que la contribution  des entreprises des secteurs privé et parapublic au « fonds de solidarité nationale par affectation à hauteur de 50% des dividendes dus aux actionnaires, l’élargissement à toutes les couches sociales de la gratuité des consommateurs SEEG et la réduction à hauteur de 50% des tarifs d’abonnements sur l’ensemble des bouquets proposés pour les opérateurs de télévisions cryptées et des connexions internet ».

Le CLR dit avoir consigné dans un mémorandum un ensemble des propositions qui sera remis incessamment au premier ministre par son Délégué général, Dr Nicole Assélé.

« Si l’application optimale des mesures présidentielles doivent nous apporter à tous un mieux-être et une protection beaucoup plus efficiente dans cette période de guerre contre le Covid-19, il ne reste pas moins que la crise  est avant tout sanitaire. En considération de ce postulat, notre sens  de responsabilité le plus élevé est ici interpelé. Cette responsabilité commence, en particulier et dans les graves circonstances actuelles, par une vigilance plus accrue et un respect strict des mesures barrières édictées par les plus hautes autorités du pays », a indiqué M. Ivala, invitant au passage les militants du CLR à faire preuve du civisme.

Le Gabon compte actuellement 30 cas testés positifs au Covid-19, dont un guéri un décédé.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages