Sport : canonnade entre le journaliste Freddy Koula et le président de la LINAF

Le journaliste Freddy Koula Moussavou et le président de la Ligue nationale de football (LINAF), Brice Mbika Ndjambou se livrent une violente guerre par médias interposés pour une affaire d’argent qui n’a pas tourné rond entre les deux « partenaires ».

Vendredi, Freddy Koula Moussavou a touché les âmes sensibles par une émouvante publication sur les réseaux sociaux. Le journaliste a révélé au grand jour le conflit qui oppose sa société K-Consulting à la LINAF au sujet de l’argent de la communication du championnat professionnel gabonais de football, la plus grande compétition sportive du pays.


Selon le récit de journaliste, sa société a travaillé sur la base d’un « contrat verbal » pour la promotion du championnat national de football organisé par la LINAF.

« Le contrat n’était pas allé au bout (…) contrat rédigé mais jamais signé », reconnait le journaliste.

La société K-Consulting affirme avoir travaillé durant les 6 premières journées du championnat durant la saison 2018-2019.

K-Consulting soutient avoir « révolutionné » la communication autour de la compétition. Elle a activement publié des résumés de chaque match, des spots promotionnels, des bandes annonces ; fabriqué du matériel coûteux (Arche, Panneaux Interviews, tableau scores, plateaux TV, et fait du branding, des visuels pour autour des stades) ; assuré la diffusion des matchs sur Facebook, Twitter et Instagram ; créé le « Trophée d’Homme du match Gabon Oil » ainsi que le « Trophée de Meilleur buteur championnat ».

« Près de 3 ans après, et alors que nous attendons et réclamons désespérément un règlement de nos factures, la LINAF nous annonce (cette semaine) qu’elle ne reconnaît pas sa dette, et que nous n’avons jamais fait partie de ses partenaires », s’est lamenté Koula Moussavou.

« Je suis dégoûté, car depuis deux ans, j’ai sollicité l’appui des Ministres des Sports et ses collaborateurs afin qu’ils m’aident à régler cette situation. Le Ministre Franck Nguema, lui, a tenté une conciliation, mais la LINAF a décidé de botter en touche, comme si je réclamais de l’argent personnel, à sortir de leurs poches. J’ai du mal à comprendre comment on peut être aussi méchant », a révélé le journaliste.

Le mur de lamentation du journaliste n’a pas laissé le président de la LINAF indifférent. Il a carabiné une réponse aux allures de procès en pointant des « accusations infondées dont il fait l’objet ».

Brice Mbika Ndjambou ne reconnait pas la société K-Consulting comme partenaire de la LINAF.

« La LINAF est plus que formelle (…) elle n’a aucune trace d’une amorce de communication avec K-Consulting-Sport qui aurait débouché sur un quelconque accord matérialisé », tonne le président de la LINAF.

« La LINAF a découvert médusée que K-Consulting-Sport de Freddy Koula Moussavou s’était lancé dans la fourniture de prestations de communication lors de l’avant dernier championnat national sans aucune concertation avec le président de la LINAF », indique-t-il avant d’ajouter « une démarche personnel située entre amateurisme tropical et malveillance ».  

Brice Mbika Ndjambou affirme avoir stoppé net ce travail informel. Il se dit surpris par les prétentions de K-Consulting-Sport qui réclame la coquette somme de 21 millions de FCFA à la LINAF.

« Qu’est-ce que cela aurait donné si la supercherie serait allée au-delà de 20 journées », se demande le président de la LINAF.

« Comment la LINAF a-t-elle laissé prospérer un travail illégal prospérer durant 6 journées ? Qui donnait accès aux stades, aux pages Facebook, Tweeter et Instagram de la LINAF à K-Consulting ? » s’est interrogé Freddy Koula Moussavou.

Selon le journaliste, une procédure judiciaire est en cours pour solder ce litige.

« Nous attendons la suite de la procédure », conclu le président de la LINAF qui soutient que plusieurs partenaires officiellement reconnus de la ligue ne sont pas payés depuis la saison 2018-2019.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.