Projet fer de Bélinga : la société australienne Fortescue engage la vitesse supérieure

Fortescue Metals Group, une des plus grandes entreprises d’extraction de fer au monde, a conclu vendredi avec le gouvernement gabonais un accord pour réaliser des études visant l’exploitation du gigantesque gisement de fer de Bélinga situé dans la province de l’Ogooué Ivindo (nord-est) dont elle a pris la main depuis plus d’un an, a appris Gabonactu.com

Le contrat a été signé côté gabonais par les ministres des Mines Elvis Ossidji et sa collègue de l’Economie, Nicole Jeanine Lydie Roboty épouse Mbou. Shadi Sayadi a signé le document pour le compte de Fortescue qui a repris le dossier depuis 2021.


Selon le plan d’investissement mis en place, les études de faisabilité vont durer 3 ans. L’entreprise australienne investira environ 20 milliards de FCFA. Plus centaine d’emplois seront créés durant cette phase.

Fortescue Metals Group a déjà créé une entreprise de droit gabonais pour piloter le projet. Il s’agit de la Joint-Venture, Ivindo Iron SA. La Joint-Venture aura pour principal partenaire ATIF, une société d’ingénierie et de conseil spécialisée dans les systèmes ferroviaires.

Comme source d’énergie, Ivindo Iron SA fera appelle à Fortescue Future Industry qui est une entreprise verte est qui est en train de développer des solutions d’hydrogène vert.

« Nous sommes engagés à émettre 0 carbone. Et tous nos process vont essentiellement viser 0 émissions de carbone », a déclaré Shadi Sayadi.

Elvis Ossidji, Nicole Jeanine Lydie Roboty épouse Mbou et Shadi Sayadi signateires de l’accord

Créée en 2003 par Andrew Forrest AO, Fortescue Metals Group avait un chiffre d’affaires de 8 milliards de dollars en 2012 et comptait 2 500 salariés. Basée à Perth, l’entreprise exporte plus de 180 millions de tonnes de minerai de fer par an.

Selon des estimations, le gisement de fer de Bélinga découvert en 1895, recèle une réserve d’un milliard de tonnes de fer d’une teneur d’environ 65%. Toutes les initiatives engagées pour son exploitation ont échoué du fait de l’éloignement du projet des voies de communication ainsi que de la variation très rapide des cours du fer sur le marché mondial.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.