Ntoutoume Ayi compare les procès contre les « Ajeviens » à celui des Nazis en 1961

Dans une libre tribune publiée dans la presse locale, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, inspecteur des finances et cadre politique de l’Union nationale (UN, opposition) compare les procès actuels devant la Cour criminelle spéciale de Libreville contre les anciens cadres de l’Association des jeunes volontaires émergents (AJEV) à celui organisé le 11 avril 1961 contre le dignitaire nazi, Adolf Eichmann, responsable logistique de la « Solution finale ».

Adolf Eichmann, responsable logistique de la « Solution finale » pour l’extermination des juifs d’Europe était jugé à Jérusalem en Israël.


Pour Hannah Arendt, philosophe juive allemande ayant fui le régime nazi et qui a suivi le procès, Adolf Eichmann présenté comme un bête féroce n’est ni un criminel né, ni un malade mental, mais un simple rouage d’une machine bureaucratique aveugle, dont les commis ont perdu toute idée d’éthique.

Jean Gaspard Ntoutoume Ayi compare les militants de l’AJEV aussi appelés « Ajeviens » qui défilent actuellement à la barre à Adolf Eichmann tel que décrit par Hannah Arendt.

Loin d’être le procès d’Adolf Eichmann, le procès organisé à Jérusalem est devenu le procès du régime Nazi. Jean Gaspard Ntoutoume Ayi estime également que le procès des Ajeviens, ces cadres qui ont occupé les hautes fonctions dans ce pays est aussi devenu celui du régime en place au Gabon.

« La justice les condamne aujourd’hui, en se servant de magistrats eux aussi convaincus qu’en traduisant les instructions de leur hiérarchie ils ne font que leur travail. Eichmann envoya des milliers de Juifs dans les Camps de concentration en toute légalité, nos compatriotes ont versé des milliards de Fcfa d’argent publics à des tiers sur instruction de la hiérarchie, les juges les condamnent à travers des procès bâclés comme jamais sur instruction de cette même hiérarchie. Le régime Nazi est arrivé au pouvoir en 1933 de manière démocratique, Ali Bongo est arrivé au pouvoir en 2009 et s’y est maintenu en 2016 en toute légalité, puisque c’est la Cour constitutionnelle qui en a décidé », écrit l’ancien élève de l’École Nationale d’Administration de France et de l’Institut de l’Économie et des Finances (IEF).

« Du 11 avril au 11 décembre 1961, la justice israélienne a fait le procès du régime Nazi à travers, Adolf Eichmann, son fonctionnaire fidèle et appliqué. Au Gabon, en cette année 2022, la Cour spéciale, fidèle et asservie au pouvoir, fait le procès du Régime à travers ces femmes et ses hommes qui se sont mis à son service et sans lesquels il serait tombé », conclu Jean Gaspard Ntoutoume Ayi.

Pour rappel, la Cour criminelle spéciale a déjà jugé Christian Patrichi Tansa (ancien Directeur général de Gabon oil compagny) son adjoint et sa secrétaire ainsi qu’Ike Ngouoni (ancien porte parole de la présidence de la République) et sa secrétaire. L’on annonce à la barre, Renaud Allogho (ancien DG de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Tony Ondo Mba (ancien ministre de l’Energie), Gregory Laccruche (ancien maire d’Akanda) et Brice Laccruche (ancien Directeur de cabinet du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba).

Tous sont poursuivis pour détournement de fonds, complicité de détournement de fonds, concussion et blanchiment des capitaux.

Camille Boussoughou


One thought on “Ntoutoume Ayi compare les procès contre les « Ajeviens » à celui des Nazis en 1961

  1. Pure n’importe quoi.ceux qui parlent de corruption ou détournement d’argent de l’État dans le pays sont les premiers à dire les bêtises. En Chine la corruption peut coûter la vie à quelqu’un. Voila ce géant asiatique devenue une puissance. Pa ce que la corruption et détournement retarde le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.