L’UPG rêve redevenir la première force politique de l’opposition gabonaise

Le directoire désormais réduite de l’UPG durant la célébration le 14 juillet 2021 du 32ème anniversaire à Libreville © D.R

Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition modérée), Mathieu Mboumba Nziengui a dans son laïus commémorant récemment le 32ème anniversaire de cette formation politique plombée par une crise de leadership, déclaré sans conviction, que son parti doit redevenir la première force politique de l’opposition gabonaise.  

« Nous devrions retrouver la place qui est la nôtre : la première force de l’opposition », a déclaré M. Mboumba Nziengui dont le leadership est très contesté par certains cadres du parti.


Créée par le feu opposant charismatique Pierre Mamboundou le 14 juillet 1989 à Paris, l’UPG est devenue l’ombre d’elle-même, depuis la disparition de son leader historique le 16 octobre 2011.

Le parti avait près d’une centaine d’élus locaux à travers le pays et un groupe parlementaire qui nourrissait l’Assemblée Nationale des débats démocratiques sur tous les pans de la société.

L’UPG est quasi déserte, tous les cadres militants qui ont fait ses  beaux jours se sont dispersés pour les problèmes de leadership et d’égos. Chacun des héritiers est parti avec un morceau du parti, ancienne première force politique de l’opposition désormais plongée dans la léthargie.

Parmi ces imminences grises parties, il y  avait entre autres, Jean De Dieu Moukagni Iwangou, David Mbadinga, Bonaventure Nzigou Manfoumbi, Dr Pelagie Itsana,  Dr Romain Mourou Mbina et Thomas Ibinga.

Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.