Le SNEC appelle le gouvernement à déclarer l’année blanche à l’UOB

Le président du Syndicat national des enseignants chercheurs (SNEC) de l’Université Omar Bongo (UOB), Maturin Ovono Ebe a appelé dans un point de presse, le gouvernement à déclarer sans fioriture l’année blanche au sein de la  plus grande université du pays, dont les conditions d’apprentissage ne sont plus réunies.

« Nous appelons à l’année blanche 2020-2021 tout simplement parce que les conditions de lancement cette année ne sont pas réunies aussi bien au niveau infrastructurel que surtout au niveau sanitaire. Parler de l’année académique 2020-2021 actuellement serait vraiment très dangereux pour les populations gabonaises en général, aussi pour les étudiants, le personnel administratif que le personnel enseignant », a déclaré M. Ovono Ebe. 


Le SNEC redoute que l’UOB ne se transforme en un vaste foyer de contamination communautaire  au Covid-19, eu égard à la promiscuité qui y règne, en violation flagrante des conditions d’hygiènes requises.  

« Il est interdit les réunions de plus de 30 personnes. Et nous nous demandons pourquoi cette dérogation non écrite pour l’université et le système éducatif en général, on va dire ? Et ce que cela signifie que seuls les enseignants et les étudiants ne peuvent pas être contaminés à la Covid-19 ? », s’est-il interrogé avec gravité. Pour lui, apprendre ou dispensé les cours dans une salle de classe de 1000 personnes est très dangereux dans le contexte sanitaire actuel.   

Construite dans les années 70 pour accueillir 8000 étudiants, l’UOB compte actuellement près de 50 000 apprenants, selon le SNEC.  L’année académique 2019-2020 prendra officiellement fin au mois d’avril prochain.  Pour cette année, elle pourrait commencer en mai 2021, contrairement à la date du 15 février qui a été annoncée préalablement.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.