Grève d’avertissement à Pharmagabon

Les grévistes de Pharmagabon durant leur sit-in le 9 octobre à Owendo © Gabonactu.com

Les employés de Pharmagabon, entreprise spécialisée dans la distribution des médicaments pharmaceutiques ont lancé vendredi une grève d’avertissement d’une semaine pour manque de dialogue social et la non prise en compte du cahier de charges déposé sur la table de la Direction générale depuis plus d’un an.

« Lorsque vous déposez un cahier de charges, logiquement il y a les délais de réponses. Mais lui quel que soit le courrier qu’il reçoit de ses employés, il ne fait pas cas. Comment comprendre que dans une entreprise, quelqu’un qui est rentré il y a 10 ans par exemple en catégorie 4 supposons avec un salaire de base de 150 000 FCFA, 10 ans plus tard sa situation reste la même », s’est indigné Marie Florent Mboko, Délégué titulaire de Pharmagabon.
Au terme d’une assemblée générale tenue dans l’enceinte de leur entreprise située à Owendo (commune voisine de Libreville), les employés de Pharmagabon ont réitéré les différents points revendicatifs contenus dans leur cahier de charges.
Outre l’instauration d’un dialogue social, ils réclament entre autres, le paiement de la prime Covid, le déblocage des salaires de base restés fixes depuis plus de 10 ans, tout comme les avancements catégoriels.
A côté de ce chapelet de points, s’ajoutent le non versement depuis deux ans, des cotisations sociales à la CNSS et l’exploitation d’autres agents, non embauchés depuis plus 7 ans.  Des personnes aux emplois précaires qui sont licenciées immédiatement en cas d’absence.
Les grévistes ont également fustigé le comportement pour le moins rétrograde de leur Directeur général, Ousmane Guindo. Ce dernier aurait instauré un climat de terreur au sein de l’entreprise. Il menace tout le personnel y compris les délégués du personnel.
Selon monsieur Mboko qui craint déjà pour son emploi pour avoir pris la tête du mouvement de grève, « les gens ne sont respectés, ils sont menacés à longueur de journée, nous sommes harcelés moralement, nous sommes des pères et mères de familles agacés. Le DG est allé jusqu’à nous dire que celui qui va l’empêcher de travailler il le combattra jusqu’à la mort ».
Contactée, la Direction générale de Pharmagabon n’a pas souhaité répondre à la sollicitation de la presse pour l’équilibre de l’information.
La grève de Pharmagabon pourrait engendrer une pénurie  des médicaments dans les pharmacies et hôpitaux. L’entreprise créée depuis 53 ans, dont les conditions d’entreposages laisse à désirer, est la plus grande officine de distribution dans le pays.


Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.