Différend Gabon / Guinée Equatoriale : Mborantsuo, Rossatanga-Rignault, Pambou Tchivounda et 2 diplomates pour la défense du Gabon à La Haye

Le gouvernement gabonais a désigné Marie Madeleine Mborantsuo, le Pr Guy Rossatanga-Rignault, le Pr Guillaume Pambou-Tchivounda ainsi que les ambassadeurs Serge Thierry Mickoto Chavagne (ambassadeur du Gabon au Benelux) et Liliane Massala (ambassadeur du Gabon en France) pour défendre les intérêts du pays face à la Guinée Equatoriale dans le vieux conflit territorial opposant les deux pays sur leurs frontières terrestre et maritime et sur  l’Ile Mbanié et les îlots voisins (Cocotier et Conga) depuis plusieurs décennies.

Ali Bongo Ondimba a donc fait confiance à trois vétérans et grands connaisseurs de ce dossier qui pourrit les relations de bon voisinage entre le Gabon et la Guinée Equatoriale.


Marie Madeleine Mborantsuo, le Pr Guy Rossatanga Rignault et le Pr Guillaume Pambou-Tchivounda font parties de l’équipe qui a négocié aux Nations unies ces dernières années sur ce dossier. Tous ont une maîtrise millimétrée du dossier concernant les arguments et les éléments de défense des deux parties.

Au delà des richesses supposées et jamais prouvées sur les espaces disputés, il s’agit surtout d’arriver à  une détermination incontestable des frontières et éliminer des sources de conflits entre États condamnés à vivre ensemble, notamment  dans le cadre de l’intégration régionale.

C’est donc pour purger un contentieux hérité des puissances coloniales que vient de débuter cette procédure devant le juge international. Chaque partie présentera tous les éléments justifiant ses prétentions et plaidera pour l’emporter.

« On note que le temps mis pour régler ce genre d’affaires n’a rien à voir avec ce qui se passe dans les tribunaux nationaux. Plusieurs années s’écoulent souvent avant l’arrêt définitif de la Cour, comme on l’a vu dans l’affaire de Bakassi entre le Cameroun et le Nigéria qui a duré 8 ans », a confié à Gabonactu.com une source proche du dossier.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.