Dette intérieure injustifiée de 241 milliards : Dieudonné Minlama Mintogo exige des sanctions contre les opérateurs économiques véreux

Le président d’EPR, Dieudonné Minlama Mintogo © D.R

Le président d’Ensemble pour la République (EPR, centriste), Dieudonné Minlama Mintogo, a dans un communiqué, exigé du gouvernement d’ester en justice tous les opérateurs économiques véreux identifiés le 5 octobre par la Taskforce sur la dette intérieure dont une grosse partie (241 milliards de FCFA) soit 70% des créances se sont révélées injustifiées.

« Pour plus de transparence dans la gestion des deniers publics et la manifestation de la Justice, j’exige des autorités la publication de la liste des entreprises concernées et l’engagement des poursuites judiciaires à leur encontre », a demandé M. Minlama Mintogo, indiquant par ailleurs que le pays doit décréter « l’objectif zéro impunité ».
Aussi, l’homme politique a-t-il ajouté qu’au regard de l’ampleur de la corruption et son impact négatif dans le développement du pays, et pour l’amélioration des conditions de vie des Gabonais, « je demande  à la Présidence de la République  de renforcer les procédures de passation des marchés publics et de suivi dans la mise en œuvre ».
Le Président Ali Bongo Ondimba a mis en place une équipe d’experts pour auditer la dette intérieure portant sur un stock de 370 milliards de FCFA. Selon un bilan provisoire, il y a des créances fictives dont le montant s’élève 241 milliards de FCFA.
La task force qui a auditionné les opérateurs économiques a identifié plusieurs sources de fraude dans la dette intérieure de l’Etat. Plusieurs marchés ont été passé de gré à gré contre le code des marchés publics. Il y a eu trop de surfacturaction, des travaux non exécutés ou inachevés, absence des documents relatifs aux travaux réalisés ni au marché attribué en bon et du forme.


Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.