Catégories
Economie Technologie

Inauguration d’une nouvelle usine de transformation de bois à Nkok

Le président Ali Bongo Ondimba a inauguré mardi une nouvelle usine de transformation locale du bois gabonais d’une valeur de 3 milliards de FCFA, a annoncé un communiqué de la présidence gabonaise.

Construite par des investisseurs chinois, Xin Ya Wood intervient dans la 1e et 2e transformation du bois. Elle vient s’ajouter à la liste des 88 entreprises spécialisées dans la transformation de bois (dont 61 complètement opérationnelles et 27 en construction) au sein de GSEZ Nkok.

Cette usine est la plus grande du Gabon, toutes industries et secteurs confondus. Elle va permettre d’augmenter la capacité de production de l’industrie du bois du Gabon et asseoir sa position à l’international grâce à une production respectant les standards de qualité internationaux et 100% made in Gabon.

Établie au sein de GSEZ Nkok depuis le 06 Novembre 2019, avec un investissement initial de 3 milliards de Francs CFA, cette entreprise a acquis une parcelle de 66 000 m² afin d’y développer des activités à différentes étapes de la chaine de valeur du bois avec comme produits principaux : les feuilles de placage, le contreplaqué et le bois.

Le bois sorti de l’usine est destiné à l’exportation principalement vers l’Asie (Inde et Chine). L’entreprise exporte actuellement à peu près 80 conteneurs de feuilles de placage par mois et 15 conteneurs pour les autres produits, représentant respectivement 3 280 m3 et 615 m3.

Xin Ya Wood, compte 200 employés parmi lesquels 81 % sont gabonais.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Sécurité Technologie Télécommunication

Gabon Télécom et les leaders mondiaux de la cybersécurité ont organisé un Webinar sur la cybersécurité

 

Dans un contexte où les entreprises font face à des défis opérationnels et financiers importants liés à l’épidémie de COVID-19, les tentatives de cyberattaques ne cessent d’augmenter. C’est dans ce contexte que Gabon Telecom a organisé le 22 juillet un webinair concernant la Cybersécurité avec la participation de leaders mondiaux dans ce domaine tels que Kaspersky et Arbor avec la participation d’une soixantaine de directeurs de systèmes d’information.

C’est le deuxième événement organisé par Gabon Télécom pour permettre une prise de conscience collective pour faire face à ce fléau. Le premier séminaire en 2018 a été suivi par la mise place d’une plateforme ARBOR de protection contre les attaques DDOS. Cette solution a permis de protéger les clients de Gabon Telecom contre une centaine d’attaques de différentes intensités.

 

Prenant la parole d’entrée de jeu, le Directeur des Systèmes d’Information de Gabon Télécom, Hamid BENSAID, a tenu à préciser que Gabon Télécom était dans sa posture naturelle d’entreprise citoyenne du paysage digital avec comme responsabilité de sensibiliser les décideurs sur les enjeux liés à la sécurité de l’Information. Il a insisté sur l’implication de la direction générale comme facteur clé du succès d’une stratégie de sécurité. Il a aussi souligné la faiblesse du budget de la cybersécurité qui reste moins de 5% du budget alloué aux TIC, c’est loin d’être suffisant, il doit représenter au moins 10 % du budget global du DSI et il faut même procéder à la séparation du budget des Systèmes d’Information de celui de la cybersécurité qui doit être considéré comme une assurance pour la productivité. Le DSI de Gabon Telecom a insisté sur l’importance de suivre une démarche progressive respectant les normes en vigueur commençant par l’organisation puis les procédures ensuite l’architecture et en dernier lieu les solutions. Il a partagé en guise de cas d’étude le modèle architectural implémenté chez Gabon Télécom.

 

C’est au sortir de ce point qu’est intervenu Arnaud NGUANGUE, Architecte Cybersécurité chez BS GABON. Il a livré la teneur du rapport d’un survey élaboré par BS et faisant état de 10 cyberattaques réalisées avec succès chez des grandes entreprises gabonaises durant les 12 derniers mois. Après s’être appesanti sur la description signalétique des cyberattaques les plus rencontrées, ainsi que des facteurs de risque aggravants, il a recommandé un certain nombre de mesures barrières pour se prémunir des menaces. L’intégration de la sécurité dès la conception de tout système d’information a été érigée en pièce maîtresse.

 

Leader mondial du pôle des solutions Endpoint, Detection and Response selon GARTNER, Kaspersky était représenté par son Expert Sénior Selim DOUCENE qui a révélé statistiques à l’appui que, la pandémie COVID n’a pas induit une démultiplication considérable des attaques, mais plus une personnalisation de ces dernières pour s’arrimer au nouveau contexte. Il ressort de sa présentation que l’Afr

Logo Gabon Telecom
Logo Gabon Telecom

ique devient un théâtre de plus en plus attractif pour les Hackers avec des cyberattaques qui s’y comptent en plus grand nombre. Il a tenu à marteler que KASPERSKY propose désormais au-delà des fonctionnalités natives antivirales, des modules EDR et SANDBOX permettant respectivement de bloquer les menaces détectées, et d’investiguer sur leur origine et leur parcours au sein du système d’information.

Moncef ZID, Spécialiste sénior des solutions ARBOR NETWORK est ensuite intervenu pour décrire les Denis de Service comme étant des attaques ayant pour objectif de rendre indisponible un Système d’Information.

Il a précisé qu’en 2020, 4,6 millions d’attaques ont été signalées dans le monde dont 250 mille attaques en Afrique avec des intensités atteignant des téra-octets.

 

Pour faire face à ces attaques, les bonnes pratiques du secteur recommandent une approche globale à plusieurs niveaux, appuyée par des informations continues. Seule une défense étroitement intégrée peut vous protéger efficacement contre le spectre complet des attaques par déni de service (DDoS)

Actuellement, la sécurité DDOS au Gabon est assurée à plusieurs niveaux au niveau de la plateforme Arbor de Gabon Telecom reliée à l’ATLAS Intelligence Feed (AIF), base de données sur les menaces mondiales DDOS qui permet d’anticiper les menaces avancées. Cette solution peut être complétée par un boitier entreprise qui permet de personnaliser la protection applicative.

 

Après un peu plus d’une heure d’échanges où près de 80 Managers dont des DG, DSI, RSSI ont été largement édifiés, le modérateur de conférence Hamid BENSAID a refermé la fenêtre de cette conférence virtuelle, non sans avoir apprécié au passage l’intérêt suscité par cet événement qui doit être pérennisé.

Source : Com Gabon Telecom

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
A cœur ouvert Economie Médias Technologie

Le réabonnement aux Bouquets CANAL+ désormais disponibles depuis l’application mobile d’Ecobank

Poursuivant sa stratégie de digitalisation des services bancaires, Ecobank Gabon innove en permettant à sa clientèle d’effectuer le réabonnement aux Bouquets CANAL+ depuis son application mobile.

Grâce à ce partenariat clé entre ces deux institutions, les usagers de la Banque Panafricaine, peuvent en quelques clics :

  • Reconduire leur formule d’abonnement actuelle
  • Changer de formule d’abonnement
  • Régulariser leur compte Canal+

Toutes les formules des Bouquets CANAL+ : Access, Evasion, Essentiel+, Access +, Evasion + et Tout Canal+ sont disponibles 24H/24 et 7J/7 sans frais supplémentaires à supporter pour le client.

Pour son Directeur Général M. Nicholas ACHIRI : « l’application mobile d’Ecobank est la solution digitale adéquate fournie aux clients pour faire la banque à distance. L’inclusion des partenaires tels que Canal+, leader au Gabon de la télévision payante ; améliore sa valeur ajoutée et vient ainsi simplifier la vie des gabonais au quotidien en cette période de crise sanitaire due à la pandémie de Covid 19 »

La banque encourage sa clientèle à ainsi migrer vers la nouvelle version de son application mobile afin de bénéficier de ses dernières innovations sans se déplacer et en toute sécurité.

Pour toute information complémentaire, les clients peuvent contacter le service clients de la Banque au +241 11 79 17 00 ou par mail ecobankenquiries.com

Logo Ecobank / Gabonactu.com
Logo Ecobank / Gabonactu.com

Créée à Lomé, Togo, Ecobank Transnational Incorporated est la maison mère du Groupe Ecobank, le principal groupe bancaire régional indépendant panafricain. Le groupe est présent dans 36 pays africains, à savoir : Afrique du Sud, Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Congo (Brazzaville), Congo (République démocratique), Côte d’Ivoire, Ethiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Équatoriale, Kenya, Libéria, Malawi, Mali, Mozambique, Niger, Nigeria, Ouganda, République Centrafricaine, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Sierra Leone, Soudan du Sud, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie et Zimbabwe. Le Groupe emploie 20 000 personnes ressortissant de 40 pays dans plus de 1 200 agences et bureaux.

Source : com Ecobank

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Technologie Télécommunication

Booué et Bitam bientôt reliées à la fibre optique

Ali Bongo Ondimba recevant le ministre Mboumbou Miyakou en présence de ses collaborateurs © Com Présidentielle

Le ministre de la Communication et de l’Economie Numérique, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou est allé ce vendredi au palais présidentiel pour annoncer au chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba que la fibre optique qui reliera les villes de Booué à Bitam sur 528 Km sera livrée dans les tous prochains jours.

Intitulé Central African Backbone « CAB 4 plus », ce câble a pour but d’améliorer la fluidité de la fourniture internet tout en diminuant les coûts de communication. Il vise à relier les pays de la sous-région.

Pour rappel, le projet dénommé CAB4+ concerne les Travaux de Construction d’une dorsale à fibre optique de 528 Km reliant la ville de Booué à la partie nord du Gabon en passant par Bitam.

Initié par l’Etat gabonais sous la supervision du Ministère de l’Economie numérique, de l’Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences (ANINF) ainsi que d’autres partenaires techniques, ce projet d’envergure est estimé à près de 13 milliards de FCFA, et financé par la Banque Mondiale.

Au terme de ces échanges, le Président de la République s’est réjoui de l’exécution de ce projet qui devrait avoir un impact positif sur les coûts de connectivité pour les populations.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Social Société Technologie Télécommunication

Pas d’embauche à l’ANINF en ce moment, tranche Alex Bongo Ondimba

Le Directeur général de l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF), Alex Bongo Ondimba, dans un communiqué diffusé via son compte Twitter a coupé court aux rumeurs d’une vague d’embauches dans sa structure.

« La direction générale de l’ANINF tient à préciser que ces informations sont non fondées » avant de préciser que le document diffusé comme preuve de ce recrutement n’est autre qu’un appel à candidature interne.
L’objectif de cet appel est de permettre aux employés de l’agence de candidater à d’autres postes ouverts dans l’entreprise afin de les valoriser, soutient le puissant patron de l’ANINF.

Créée par décret présidentiel le 27 Janvier 2011, l’ANINF est un acteur majeur du gouvernement gabonais dans la mise en place de la stratégie nationale en matière de développement du numérique au Gabon.

L’ANIF a pour mission de développer l’infrastructure numérique sur l’ensemble du territoire national gabonais et de développer de manière cohérente les applications e-Gouvernement.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Santé Technologie

Le Gymnase de Libreville transformé en laboratoire des tests Covid-19 d’une capacité de 10 000 tests par jour

Le Palais des Sports de Libreville situé à Petit Paris dans le 3ème arrondissement de Libreville a été transformé en géant laboratoire pour réaliser environ 10 000 tests par jour de dépistage du Covid-19, a appris Gabonactu.com.

Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a visité ce mardi le nouveau laboratoire du gymnase omnisports qui a accueilli le championnat africain de handball masculin du 16 au 28 janvier 2018.

« Plus de 100 personnes y travailleront au quotidien. L’objectif visé est d’accroître encore plus notre capacité de dépistage en vue de permettre une prise en charge plus rapide des personnes contaminées », a indiqué le président gabonais après sa visite du site en compagnie de son épouse Sylvia Bongo Ondimba et l’équipe technique de pilotage de la lutte contre le Coronavirus.

Cette structure de pointe mobilisera près d’une centaine de personnes au quotidien sur le site, avec une capacité allant de 5000 à 10000 tests réalisés par jour contre 700 à 1000 dépistages par jour préalablement réalisés“, indique un communiqué de la présidence de la République.

Vue partielle du décore intérieur

Le Gabon a opté pour des dépistages de masse comme stratégie de lutte contre le Covid-19. L’objectif est de dépister à temps pour une meilleure prise en charge des personnes fragiles contre la pandémie du Covid-19. Il s’agit notamment des personnes présentant une comorbidité (diabète, hypertension artérielle…).

Cette politique a explosé le nombre de cas positifs au Covid-19 dans le pays. D’un seul cas au 12 mars 2020, le Gabon totalise au 18 mai 2020 quelques 1 432 cas positifs dont 301 guérisons, 11 décès et 9 malades en réanimation.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Culture Technologie Télécommunication

2 mois d’accès gratuit à la bibliothèque numérique YouScribe pour tous les abonnés CANALBOX

Le Groupe vivendi africa (GVA) annonce avoir décidé, en cette période difficile de confinement suite à la pandémie du Covid-19,  d’offrir à tous les abonnés CANALBOX (au Gabon / Togo / République du Congo / Cote d’Ivoire, Rwanda) un accès gratuit pendant 2 mois à YouScribe, la plus grande bibliothèque numérique francophone.

Ce sont plus de 1 million de livres, documents, titres de presse et audiobooks qui sont disponibles en streaming et en illimité via les applications Android, iOS et le site Web de YouScribe. Avec des contenus de qualité et locaux, dont plus de 50 000 références d’auteurs africains dont des œuvres gabonaises : « Epopée Nzebi de Wilfried MOUELE MOUELE, « Nos années lycée » de Ritch MOUKAMBA ENDAMNE et bien d’autres. Youscribe s’adresse à tous : enfants, étudiants, familles et professionnels.

Grâce au débit ultra-rapide de CANALBOX, l’accès à la bibliothèque numérique sera instantané.

A la maison, jusqu’à 5 membres de la même famille pourront s’y connecter simultanément via smartphones, tablettes, ordinateurs.

Le fonctionnement est très simple : depuis le 25 mars tous les abonnés CANALBOX reçoivent un code d’accès par SMS, pour activer un abonnement YouScribe d’une validité de 2 mois et utilisable par toute la famille du bénéficiaire.

Favoriser la lecture et l’accès au savoir, tous les jours et encore plus en période de crise

GVA a pour mission de rendre le Très Haut Débit accessible à tous en Afrique et plus largement de décupler l’impact positif d’Internet pour la société en termes de croissance inclusive, d’innovation et de réduction des inégalités. Marco de Assis, Directeur général de GVA précise : « Ce partenariat avec YouScribe s’inscrit dans notre vision en faveur du développement et nous sommes fiers de pouvoir ainsi faciliter l’accès à la lecture et à l’éducation, en particulier dans cette période de crise sanitaire qui restreint le fonctionnement des établissement scolaires et culturels dans de nombreux pays du monde ».

Juan Pirlot de Corbion, Président de YouScribe : « Notre objectif : innover chaque jour pour que tous les ordinateurs, smartphones et tablettes favorisent l’accès à la culture et à une éducation de qualité. En cette période de crise mondiale nous sommes donc honorés de participer activement avec GVA au lancement d’un projet numérique à fort impact pour accompagner au quotidien avec la Lecture les familles éloignées de leurs proches, leurs lieux de travail et établissements scolaires. »

A PROPOS DE GVA – GROUP VIVENDI AFRICA


GVA, filiale du groupe Vivendi, est un opérateur télécom spécialisé dans la fourniture d’accès internet Très Haut Débit en Afrique. GVA construit son propre réseau en fibre optique et investit à long terme, concrétisant ainsi sa vision en faveur du développement numérique.

GVA a lancé ses activités à Libreville (Gabon) en 2017, à Lomé (Togo) en 2018, à Pointe Noire et Brazzaville (République du Congo) en 2019 puis à Abidjan (Côte d’Ivoire) et Kigali (Rwanda) en 2020. Dans chaque ville, GVA a contribué à la création de plusieurs centaines d’emplois locaux ainsi qu’à la professionnalisation des filières d’avenir pour les métiers de l’ingénierie, du numérique et de la distribution.

A PROPOS DE YOUSCRIBE

Lancée en 2011 par Juan Pirlot de Corbion, Youscribe est une bibliothèque numérique participative qui rassemble plusieurs milliers de livres numériques, livres audios, documents et titres de presse. La lecture se fait en streaming, le modèle dominant des usages dématérialisés dans le domaine des produits culturels.

La start-up, présente en Afrique depuis 2017 exporte son modèle innovant pour contribuer à améliorer la diffusion du livre. Déployée au Gabon, la plateforme Youscribe propose des journaux et ouvrages d’écrivains locaux.

Source : GVA Gabon

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Technologie Télécommunication

Larry Tesler : l’inventeur du “copier-coller” est décédé à 74 ans

Larry Tesler, inventeur du copier – coller

Larry Tesler, une icône des débuts de l’informatique, est décédé à l’âge de 74 ans.

M. Tesler a commencé à travailler dans la Silicon Valley au début des années 1960, à une époque où les ordinateurs étaient inaccessibles à la grande majorité des gens.

C’est grâce à ses innovations – qui comprenaient les commandes “couper”, “copier” et “coller” – que l’ordinateur personnel est devenu simple à apprendre et à utiliser.

Xerox, où M. Tesler a passé une partie de sa carrière, lui a rendu hommage.

L’inventeur de la commande “couper/copier/coller”, “trouver et remplacer”, et bien d’autres choses encore, était l’ancien chercheur de Xerox, Larry Tesler”, a tweeté la société. “Votre journée de travail est plus facile grâce à ses idées révolutionnaires.”

M. Tesler est né dans le Bronx, à New York, en 1945, et a étudié à l’université de Stanford en Californie.

Après avoir obtenu son diplôme, il s’est spécialisé dans la conception d’interfaces utilisateur, c’est-à-dire dans la conception de systèmes informatiques plus conviviaux.

Il a travaillé pour un certain nombre de grandes entreprises technologiques au cours de sa longue carrière. Il a commencé au centre de recherche Xerox Palo Alto (Parc), avant que Steve Jobs ne le débauche pour Apple, où il a passé 17 ans et est devenu chef de la recherche scientifique.

Après avoir quitté Apple, il a créé une start-up dans le domaine de l’éducation et a travaillé pendant de brèves périodes chez Amazon et Yahoo.

Une vision de la contre-culture

L’innovation la plus célèbre de M. Tesler, la commande couper-coller, serait basée sur l’ancienne méthode d’édition selon laquelle les gens coupaient physiquement des portions de texte imprimé et les collaient ailleurs.

La commande a été incorporée dans le logiciel d’Apple sur l’ordinateur Lisa en 1983, et dans le Macintosh original qui est sorti l’année suivante.

L’une des convictions les plus fermes de M. Tesler était que les systèmes informatiques devraient cesser d’utiliser les “modes”, qui étaient courants dans la conception des logiciels à l’époque.

Les modes permettent aux utilisateurs de passer d’une fonction à l’autre sur les logiciels et les applications, mais ils rendent les ordinateurs à la fois longs et compliqués.

Cette conviction était si forte que le site web de M. Tesler s’appelait “nomodes.com”, son identifiant Twitter “@nomodes” et même la plaque d’immatriculation de sa voiture “No Modes”.

Le musée d’histoire de l’informatique de la Silicon Valley a déclaré que M. Tesler “combinait la formation en informatique avec une vision de la contre-culture selon laquelle les ordinateurs devraient être accessibles à tout le monde”.

Source : BBC

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie Technologie Transport

Bolloré Transport & Logistics Gabon dément avoir communiqué sur les supposés dysfonctionnements de Sydonia

Réprimandée par le ministre gabonais de l’Economie et des finances, Jean Marie Ogandaga, pour avoir « critiqué » le nouveau système informatique mis en œuvre pour optimiser les recettes douanières, la filiale gabonaise du groupe français Bolloré Transport & Logistics a publié mercredi un communiqué pour démentir avoir communiqué sur ce sujet et dans le même communiqué n’a pas présenté les excuses publiques réclamées par le ministre gabonais.

Voici le communiqué intégral de Bolloré Transport & Logistics Gabon :

Bolloré Transport & Logistics Gabon a pris connaissance d’un communiqué concernant de supposés dysfonctionnements du système Sydonia world déployé depuis le 13 janvier 2020 par les autorités du Gabon.

L’entreprise dément être à l’origine de cette communication relative à la mise en œuvre de ce système, et regrette être contre son gré mêlée à une polémique sur les conditions de mise en œuvre de Sydonia world.

Bien au contraire, Bolloré transport & logistics Gabon tient à rappeler qu’elle travaille de concert avec les services douaniers pour que la mise en place du nouveau système Sydonia world, défi majeur et nécessaire pour le déploiement de l’économie, se déroule dans les meilleures conditions.

De plus, dans le cadre de l’appui à l’implémentation du système Sydonia world, Owendo container terminal a mis en œuvre des mesures opérationnelles et commerciales exceptionnelles destinées à assurer un déploiement sans heurts du système douanier au Gabon et à faciliter ainsi les opérations d’importation et d’exportation du pays.

Bolloré transport & logistics Gabon se réserve enfin, le droit de saisir la justice afin que les auteurs de cette propagation de fausses nouvelles soient sanctionnés.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Technologie Télécommunication

Téléphonie mobile : le free roaming effectif entre le Gabon et le Congo

Carte de la fibre optique reliant le Gabon au Congo Brazzaville © Gabonactu.com

Depuis le 1er janvier 2020, les abonnés des réseaux de téléphonie mobile du Gabon et ceux du Congo peuvent désormais communiquer à des tarifs préférentiels en roaming sans avoir à changer leurs cartes Sim, c’est à dire en conservant leurs numéros pour les émissions et les réceptions d’appels.

L’annonce a été faite le 31 janvier dernier à Brazzaville à la faveur de la 2ème réunion des comités techniques nationaux tenue à Brazzaville du 30 au 31 janvier dernier sur le suivi de la mise en œuvre du free roaming entre les deux pays. La réception d’appels est gratuite et l’émission facturée au tarif local du pays visité.

L’aboutissement de ce projet, parmi les plus importants de la sous-région d’Afrique centrale, intervient seulement deux mois après la signature, à Brazzaville, du protocole d’accord par Lin Mombo et  Yves Castanou, respectivement président du Conseil de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP) du Gabon et Directeur général de l’Agence de régulation des Postes et des communications électroniques du Congo (ARPCE).

A l’époque, les deux responsables avaient affirmé que ce projet « est la manifestation de la volonté d’intégration des pays de l’Union africaine autour d’un marché commun dans le domaine des télécommunications et des TIC, concrétisée par le manifeste Smart Africa adopté, le 29 octobre 2013, en marge du sommet Transform Africa tenu à Kigali, au Rwanda ».

Comment ça marche ?

Concrètement, depuis le 1er janvier, les abonnés des réseaux de téléphonie mobile du Gabon et ceux du Congo peuvent recevoir et émettre des appels sans changer leurs cartes Sim, c’est-à-dire en conservant leurs numéros de téléphone. Les experts des comités techniques nationaux précisent toutefois que la suppression des frais d’itinérance mobile entre les deux pays concerne la réception des appels qui devient gratuite « dans la limite des 300 premières minutes par abonnés et dans la limite d’un mois ».

L’émission d’appels quant à elle est facturée au tarif local dans le réseau du pays visité, « dans la limite d’un mois avec l’obligation de fiabiliser l’identification des abonnés aux services de téléphonie mobile afin de renforcer la lutte contre la fraude », précise le protocole d’accord signé le 15 octobre 2019.

La data devrait suivre

Conformément au calendrier de l’initiative Smart Africa, dont l’ambition est de parvenir à un roaming 100% africain, le Gabon et le Congo envisagent étendre leur coopération pour les services de données communément appelé data.

Si les autorités nationales de régulation saluent la parfaite collaboration des opérateurs de téléphonie des deux pays pour l’appropriation et la mise en œuvre du free roaming sur le trafic voix, au terme de la récente rencontre de Brazzaville, ils n’ont pas manqué de les inviter « à réfléchir sur le free roaming data ».

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages