Cameroun : le correspondant de RFI molesté et brièvement retenu dans un commissariat

Polycarpe Essomba, correspondant RFI au Cameroun © Facebook Polycarpe

Ce mardi à la mi-journée, à Yaoundé, alors qu’il couvrait une manifestation de l’opposition camerounaise, le journaliste de RFI Polycarpe Essomba a été brutalement interpellé par la police camerounaise. Il a reçu plusieurs coups de matraque, plusieurs coups de pied et a été emmené dans un commissariat, où il a été retenu pendant plus de deux heures avant d’être relâché.


« Radio France Internationale déplore ces violences de la police camerounaise, qui portent sérieusement atteinte à la liberté de la presse », souligne un communiqué de la radio.

« RFI assure son correspondant de tout son soutien, de son attachement à la protection de son intégrité physique et de sa liberté d’exercer son métier au nom du droit à l’information », conclu le communiqué.

Ce mardi, le principal opposant Maurice Kamto a appelé à manifester dans les rues pour obtenir le départ du président Paul Biya, 87 ans qui dirige le Cameroun depuis 1982.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.