Un cadavre enterré par erreur exhumé puis inhumé une seconde fois à Franceville

La dépouille de Gibert Ompigui, enterrée une première fois par une famille qui n’était pas la sienne suite à une erreur monumentale d’identification par les services des Pompes funèbres a été exhumée une semaine plus tard puis enterrée à nouveau par ses propres parents dans un cimetière familial, a rapporté mercredi le quotidien gabonais L’union.

Selon le journal, la famille de Gilbert Ompigui débarque à la morgue pour les funérailles du défunt. Au moment de la toilette mortuaire, il leur est présenté une dépouille qui ne ressemble pas à leur parent. La panique gagne la famille qui exige la dépouille de Gilbert Ompigui. Les recherches engagées dans la chambre froide ne donnent rien.


L’établissement scrute les archives de la semaine. Il se rend compte que Gilbert Ompigui a déjà été enterré il y a une semaine au quartier Yené à la place de feu Jean Baptiste Ngounda. Les deux familles rentrent en communication. Tout le monde découvre la monumentale faute commise par le service des pompes funèbres.

La justice locale est saisie. Finalement, le président du tribunal de Franceville signe le 9 avril une ordonnance autorisant l’exhumation du corps d’Ompigui. Le 10 avril, la dépouille est remontée en surface. Le cercueil dépoussiéré et transporté au cimetière familial où Gibert Ompigui repose désormais en paix auprès des siens.

Jean Baptiste Ngounda pour sa part quitte aussi définitivement la chambre froide pour rejoindre sa dernière demeure auprès des siens également au quartier Yéné. Il occupe le caveau où a transité Gibert Ompigui.

Ainsi s’est terminée la triste histoire qui a comme endeuillé doublement deux familles et créée une forte émotion dans cette ville située à environ 800 km de Libreville.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.