Reforme de la constitution : Ali Bongo tire les leçons du fonctionnement de l’Etat depuis son AVC (Hugues Mbadinga Madiya)

Le ministre du Commerce, Hugues Mbadinga Madiya, par ailleurs cadre du parti au pouvoir, donnant son point de vue sur l’adoption vendredi par le conseil des ministres du projet de révision de la constitution gabonaise, a estimé que le président de la République, Ali Bongo Ondimba tire les leçons du fonctionnement de l’Etat depuis son Accident vasculaire cérébral (AVC) intervenu en octobre 2018.

« Le Président de la République, chef de l’Etat Son Excellence Ali Bongo Ondimba, en proposant cette réforme tire les leçons du fonctionnement de l’Etat depuis son accident vasculaire cérébral intervenu en octobre 2018, cet événement malheureux, ayant mis à mal le principe de la continuité de l’Etat », a écrit le ministre sur sa page Facebook.


« Lors de son indisponibilité temporaire, devant le vide juridique constaté, la Cour constitutionnelle dans son rôle de Gardienne de la Constitution, avait dû interpréter certaines dispositions pour assurer la Continuité de l’Etat », a rappelé le ministre qui soutient qu’Ali Bongo est un « homme d’Etat hautement imprégné des principes républicains ». Ceci explique, selon lui sa proposition « d’améliorer les dispositions liées à la vacance du pouvoir ».

D’après le projet adopté par le gouvernement, l’article 13 de la constitution fixe les nouvelles conditions d’intérim du président de la République. En cas de vacances de pouvoir, l’intérim du chef de l’Etat sera assuré par le président du Sénat, son collègue de l’Assemblée nationale et le ministre de la Défense. Idem en cas de vacances temporaire du chef de l’Etat.

« Ne pas tirer les leçons des nombreux événements qui ont émaillé la vie de la Nation depuis deux ans aurait été une faute politique ou pire, un déni historique », conclu le ministre Mbadinga Madiya.

De son côté, le Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Eric Dodo Bounguendza salue une initiative visant à renforcer davantage les critères de démocratie moderne au Gabon.

L’opposition n’a pas encore publiquement réagi sur ce sujet.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.