Quel civile après Blaise Compaoré ?

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Burkina Faso, après la rédaction d’un projet de « charte » fixant les contours d’un régime civil de transition, pourrait avoir un nouveau gouvernement d’ici jeudi prochain et surtout un civil comme nouveau président de la République pour gérer la transition. Qui après Blaise Campaoré en fuite à Abidjan en Côte d’ivoire ?

Le Burkina Faso vit dans l’attente de la désignation du président de transition d’un an. Si la pression tant nationale qu’internationale est forte pour que le pouvoir, actuellement détenu par le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida alias Yiz, passe aux mains des civils, il n’en demeure pas moins que l’homme idéal pour diriger la période transitoire n’est pas facile à dénicher. Mais qu’est ce qui a véritablement fait partir Blaise Compaoré, scénario inattendu, même par les plus grands analystes politiques?


Le nom d’un homme de Dieu, en la personne du Mgr Paul Yembuado Ouédraogo, président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger s’est bien dégagé, mais ne fait pas l’unanimité auprès de la confession religieuse musulmane, et même au sein des catholiques dont est issu l’archevêque de Bobo-Dioulasso. Pour le clergé, cette fonction hautement politique est contraire au «jus canonicum» (droit canonique) sauf dérogation venant droit du Vatican. Compte tenu de la situation exceptionnelle du Burkina Faso, peut-être que le Saint Siège daignera bien accorder cette exception.
Sur cette short list, l’autre personnalité qui se rapproche du poste est le Général Tiémoko Marc Garango, premier Médiateur du Faso, ancien ambassadeur, ancien ministre des Finances et du commerce du premier gouvernement de Feu le président Sangoulé Lamizana, homme reconnu intègre et travailleur. Ils ne sont pas les seuls à même de gérer le gouvernail de la transition. Toutefois, les Burkinabè tenant les rênes d’une institution internationale, et dont les noms reviennent régulièrement dans les cercles officiels et informels de discussion comme Lassina Zerbo, le Secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Otice), seront-ils prêts à griller leur position actuelle pour le fauteuil éphémère et très brûlant de président de transition au Burkina Faso? La fibre patriotique fera peut-être la différence ou alors, les propositions d’après présidence de transition doivent être encore plus alléchantes.
La liste des présidentiables de transition est loin de s’arrêter, mais celle des anciens présidents du Burkina s’est, elle, allongée d’un nom: Blaise Compaoré. Le chef de l’Etat burkinabè qui a dû quitter le pouvoir et le pays, le 31 octobre 2014 sous la pression de la rue, avait pourtant encore une année d’exercice, son mandat, aux termes de la Constitution, prenant fin en novembre 2015. Mais, Blaise Compaoré que tout le monde reconnaît comme un vrai bâtisseur, s’est tiré une balle dans le pied en voulant, contre vents et marées, modifier la Constitution pour s’accorder un nouveau bail.

Photo : DR


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.