Poste Bank : les épargnants exigent le remboursement de leur argent

Les épargnants de Poste Bank ont fait un sit-in ce 20 août 2021 devant les services du Premier ministère pour exiger le remboursement de leurs économies au gouvernement gabonais. Le président du Collectif des épargnants de cet établissement bancaire, Joseph Patrick Souchlaty Poaty a adressé des correspondances aux autorités compétentes pour les informer des motifs de leur rassemblement.

« Nous avons décidé d’initier ce sit-in parce que nous avons achevé la phase de la pédagogie à partir de la rédaction administrative comme méthodologie. Nous avons donc épuisé avec les démarches tous les moyens qui pouvaient nous permettre d’obtenir un remboursement immédiat et rapide. Les raisons sont essentiellement le fait que jusqu’à aujourd’hui nous n’ayons pas de réponse de la part du liquidateur ou du gouvernement », a déclaré Joseph Patrick Souchlaty Poaty.


Établissement bancaire publique, la Poste Bank a fermé ses portes du fait des malversations financières. Depuis plusieurs années, les épargnants ne sont toujours pas entrés en possession de leur dû.

Selon le président du collectif, la Poste Bank est un établissement dont l’épargne des clients est garantie à la fois par l’Etat gabonais et la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) mais ils n’arrivent pas à avoir leurs argents. « Nous sommes des pères et des mères de familles responsables. Nous avons prévu un sit-in d’une heure qui devrait être répétitif parce que nous ne voulons plus demeurer silencieux. Nous organisons ce sit-in afin d’exprimer notre détermination pour interpeler de manière forte l’attention des gouvernants pour le remboursement de nos épargnes », a martelé Patrick Souchlaty Poaty.

Cette entreprise d’Etat est sous administration provisoire depuis le 10 novembre 2015 en raison du non-respect des ratios relatifs aux exigences de la Cobac et de la forte dette à la clientèle estimée à 75 milliards de FCFA.

Source : Le Nouveau Gabon


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.