Plusieurs familles sauvées de la pénurie d’eau grâce à des forages

La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a remis en service mercredi 3 forages abandonnés dans la commune d’Akanda (nord de Libreville) et construit un nouveau forage à Bellevue 2 dans le 3ème arrondissement de Libreville, a constaté un reporter de Gabonactu.com

Une équipe de la SEEG a fait le tour pour remet ces forages aux bénéficiaires. Les 3 forages réhabilités sont situés à Makwengue, à Malibe 1 et au Premier campement dans la commune d’Akanda. Chaque forage a une capacité de production allant de 3000 litres/h à 4000 litres/h.


Pour faciliter l’accès à l’eau, des robinets allant de deux à quatre par endroit ont été installés. Chaque point d’eau alimentera entre 500 et 800 ménages. L’accès à l’eau est règlementé de 07h à 10h en matinée et de 15h à 18h en soirée.

Autrefois ces forages fonctionnaient à l’énergie humaine. Désormais ils fonctionnent avec l’énergie solaire. Une avancée qui satisfait les responsables de ces zones non-alimentées ou mal desservies par le réseau national d’adduction d’eau.

« C’est un sentiment de joie parce que nous avons vécu pendant longtemps sans eau. Vraiment nous remercions le président de la République d’avoir pensé à nous. Nous avons désormais de l’eau en permanence, nous en sommes heureux », s’est réjoui le chef de quartier de Makwengue, Maurice Mbadi.

Le forage de Bellevue 2 quant à lui, a été érigé dans l’enceinte du commissariat de police du quartier. Il est d’une profondeur de 83 et dispose d’une capacité de pompage de 4000 litres/h. Sa réalisation a nécessité la construction de 2 châteaux et 2 bornes fontaines qui alimentent le commissariat et les riverains dont le nombre est estimé à plus de 700 ménages.

« Je suis ici au commissariat de belle vue 2 depuis des années et des années. On avait des problèmes d’eau. Pour en avoir il nous fallait aller à Akébé poteau ou au carrefour de la nation. Avec le couvre-feu ce n’était pas facile d’avoir de l’eau. Je remercie le président de la République et la SEEG », a exulté Adèle Didjenga, habitante de belle-vue 2.

Société d’Etat, la SEEG a du mal à approvisionner toute la population de la capitale et ses environs en eau potable. Des difficultés d’urbanisation et un déficit de production et de transport d’eau est à l’origine de ce déficit.

Le processus de réhabilitation et de création de nouveaux forages se poursuivra dans les prochains jours dans les zones de « Makwengue 2 chez le chef, Martel, Marseille 2, Santa-Clara et Malibé 2. Etampi yoko dans la province de la Ngounié est aussi concerné », a soutenu le Directeur Général de la PME SOGACOF qui exécute ces travaux pour le compte de la SEEG.

Les travaux sont entièrement financés par la SEEG.

Betines Makosso


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.