Moabi : implantation d’une société forestière pour absorber le chômage ambiant

Les représentants des populations de la Douigny et de la Dola posant pour la postérité le 15 septembre à Mokoko Mbaka (Moabi) avec les autorités administratives et les responsables de la société forestière   Monpeliet bois © Gabonactu.com

La société forestière chinoise, ‘’Monpeliet bois’’, s’est implantée il y a peu dans le Département de la Douigny, à Moabi, une région forestière de la province de Nyanga (sud-ouest), confrontée à un chômage ambiant depuis la fermeture d’OZI, une vielle unité de production d’huile de palme.

L’entreprise aura une unité de transformation du bois à  Mocabe, près de Moabi. Les opérations de cette société s’étendront également dans le département de la Dola dans la province de la Ngounié (sud).  C’est dans élan que le préfet de la Douigny, Jérémie Mikolo a convoqué tous les notables et chefs des villages impactés pour présenter ladite entreprise.


Toutes les parties prenantes se sont retrouvées au village Moukoko Mbaka pour parler des retombées au profit des populations.

« L’opérateur ayant terminé tous les travaux préliminaires, notamment l’évaluation de la ressource du potentiel exploitable, il était de bonne à loi que toutes les autorités administratives impliquées dans cette exploitation se retrouvent pour trouver des stratégies  afin de présenter l’opérateur auprès des représentants des populations concernées par cette exploitation, puis projeter la procédure de signature du cahier de charge contractuel relative au fond de développement local qui est dédié à ces populations impactées », a indiqué le commandant  E. Luce Mapaha, chef de cantonnement des eaux et forêts de Moabi.

Quatre villages de la Douigny  et trois de la Dola  seront impactés par des activités d’exploitation de la société forestière chinoise, Monpeliet bois.

Aldo Othman Mabounda


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.