Max Limoukou implore l’indulgence du personnel médical en grève pour faire face au Coronavirus

Le ministère de la santé, Dr Max Limoukou © D.R

Le ministre de la santé, Dr Max Limoukou, a réuni de toute urgence lundi soir à son cabinet à Libreville le personnel médical surnommés : « soldats sanitaires »,  en grève depuis le 24 février dernier pour implorer ces derniers de  mettre fin à leur  mouvement d’humeur dans les hôpitaux publics du pays, afin dit-il,  de lutter efficacement contre le  Covid-19.
« Cet après-midi, monsieur le ministre a bien voulu recevoir la coalition des syndicats qui a lancé la grève du 24 février 2020. Échange au cours duquel il nous a exprimé le crie des Gabonais  particulièrement à la situation du Covid-19. Il a invité les partenaires sociaux que nous sommes à adoucir le mouvement de grève pour que le fonctionnement efficient des hôpitaux permette que le Gabon puisse efficacement lutter et vaincre la pandémie de coronavirus », a déclaré Serghes Mickala Moundanga, Secrétaire général du SYNAPS, un des syndicats initiateur de ladite  grève.
Tous les leaders des syndicats les plus représentatifs et influents du secteur  santé (UPSA, SYNAPS, et SYMEFOGA) ont répondu présent à l’appel du Dr Limoukou.  Au sortir de cette rencontre, ils avaient menacé de paralyser tous les hôpitaux du pays pour punir le gouvernement accusé de gesticulation de mauvais goût dans la recherche des pistes de sortie de la grève en cours dans la santé.
Après le premier décès de covid-19 et la croissante propagation du virus due au refus des populations de mettre en pratique les recommandations gouvernementales pour freiner la diffusion de la pandémie, les personnels de santé n’ont pas eu de choix que d’adopter une attitude patriote, indique-t-on. Ils se réuniront dans les toutes prochaines heures pour officiellement lever leur mouvement de grève et préciser au gouvernement la suite des évènements après la crise sanitaire.
Les syndicats  réclament la Prime d’incitation à la performance (PIP). Elle constitue une prime de motivation instituée par le Président Ali Bongo Ondimba en 2014 pour encourager les agents publics à plus de performance. Malheureusement, cet objectif n’a pas été atteint. Face à la crise  économique  de 2015, le gouvernement a décidé de supprimer cette prime non opérationnelle. Le mal c’est que plusieurs administrations avaient déjà perçu leur prime du deuxième trimestre de 2015. Ce sont tous les ministères qui n’avaient pas encore perçu leur part qui sont montés au créneau depuis plusieurs semaines.


Eudes Rinaldy Leboukou 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.