Les prêtres catholiques favorables à la ‘’Paix de Braves ‘’ pour soigner le « malade Gabon » sous perfusion

Les Prêtres du clergé de l’Église Catholique Apostolique et Romaine au Gabon, ont dans un document fleuve aux allures d’une lettre ouverte écrite à l’occasion de la fête de la Pentecôte, célébrée lundi 24 mai, approuvé l’appel à la ‘’Paix de Braves’’, dialogue souhaité  entre toutes les forces vives de la Nation pour mettre fin à la crise politique et socioéconomique qui secoue le pays depuis des années.

Dans leur longue réflexion, les prêtes catholique du Gabon ont lancé ceci- : « à ceux qui gouvernent notre pays, Nous voulons lancer cet appel : soyez de bons arbitres et non des juges de touches méticuleux. Nos institutions, particulièrement ces dernières années, se sont illustrées par un déficit de dialogue, entrainant ainsi le pays vers des choix unilatéraux et critiquables, à bien des égards. Sans vouloir raviver polémiques et passions, nous ne pouvons passer sous silence les appels répétés de la société civile, des acteurs de la vie politique et syndicale, de nombreux Gabonaises et Gabonais, sur des questions sensibles comme la gestion des élections présidentielles, la vacance du pouvoir, la dépénalisation de l’homosexualité, la restriction des libertés individuelles et collectives, qui sont des indicateurs permettant de mesurer combien nous nous sommes éloignés de cette culture du dialogue qui a toujours fait du Gabon un havre de paix. Nous vous exhortons donc à revitaliser ces organes hérités de nos traditions, aussi bien que ceux prévus au niveau de l’État, qui favorisent la discussion et la confrontation en vue d’une prise de décision plus concertée ».

Le collectif des 14 prêtres ayant écrit le document est composé notamment des Abbés, Christian Wassala ILOUBI NDZEDI, André-Marie MBOUMBA, Bachir Bello KOUMBA MOHAMMED, Vanick MAGANGA, Noé NZENGUE-MBADINGA, Fidney G. MINKO, Fabrice KINGA, Wenceslas LENGOMA, Brice Bonsoir N’KOLO, Rodrigue NZIENGUI NZIENGUI, Stéphane ADOUA EMANE, Aimé Simplice NZANGA, Alain Freddy, MOUANDA MOUNGONGA et Jean Maximin PACKA.


« A nos compatriotes, Nous réaffirmons notre proximité. Etant, pour la plupart d’entre nous, issus de familles modestes, nous partageons les mêmes aspirations à une répartition plus équitable des richesses de notre pays. Nous entendons d’autant mieux vos cris de détresse que nous vous fréquentons au quotidien, à travers les différentes activités pastorales, aussi bien dans les zones rurales que dans les centres urbains. Nous nous engageons, en communion avec nos Évêques, suivant les formes et les processus qu’ils voudront bien mettre en place, à une plus grande présence dans la vie sociale. Nous ne vous laisserons jamais tomber ! », ont-t-il souligné.

L’Appel à la Paix des Braves a été lancé en février dernier par Guy Christian Mavioga, Secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC, majorité). Le Conseil national de la démocratie (CND), organe regroupant une cinquantaine des partis politiques de la Majorité et de l’Opposition a approuvé également par un vote cette idée qui attend l’approbation ou non de l’exécutif.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.