Le mouvement observé lundi au CHUL n’avait rien avoir avec la grève des sages-femmes

Le Mouvement observé lundi 31 mai à l’esplanade du Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL), n’avait rien avoir avec une quelconque grève des sages-femmes mais plutôt d’un vibrant hommage du personnel soignant rendu à leur défunt collègue, selon le service communication du grand hôpital du Gabon qui dénonce les allégations éhontées avancées par un internaute nommé :   « Davy Mamboundou » qu’il qualifie  de « vulgaire paparazzi en mal de sensationnel ».

« Sur ces images, les personnels du Chul, raccompagnent la dépouille d’un des leurs -agents de liaison- décédé ce 31 mai, une dizaine de jours après un foudroyant AVC avec hémorragie. Paix à son âme », a précisé le service communication du CHUL.

Sur sa page Facebook, Davy Mamboundou avait indiqué que « Ainsi va le Gabon. Alors que l’exécutif gabonais fais du chantage aux gabonais à propos du vaccin covid-19 qui devient obligatoire si on veut vivre normalement au Gabon, le personnel du C.H.U.L de Libreville observe un mouvement d’humeur du au non-paiement de la prime Covid-19 ! »


Pour la communication du CHUL, « il ne manque sans doute pas de frustrations et de revendications à faire valoir au sein de l’hôpital. Il y a les impayés des primes dites de quote-part qui font grincer les dents et les conditions de travail à améliorer ; mais absolument pas un lien avec l’objet pointé dans ces élucubrations de ce Davy Mamboundou aussi anonyme que léger ».

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.