Lambaréné : l’œuvre de Schweitzer se meurt, au secours l’UNESCO

A l’occasion du 108ème anniversaire de l’arrivée à Lambaréné le 16 avril 1913 du docteur Albert Schweitzer, l’Association gabonaise des amis d’Albert Schweitzer (AGAAS) a effectué une descente dans cette belle ville baignée par le fleuve Ogooué pour des actions visant à pérenniser l’œuvre du Grand Blanc de Lambaréné, mais la tâche parait très immense !

Le musée Schweitzer où sont rassemblés plusieurs effets personnels et certains équipements médicaux de l’époque donne encore fière allure. Normal ! Il a été restauré il y a 8 ans par le couple Cecilia et Richard Attias en prélude à la célébration des 100 ans d’Albert Schweitzer au Gabon.


Cependant, le vieil hôpital qu’il a construit tombe en ruine. La case Galwa et la case fang où logeaient les malades issus de ces groupes ethniques se sont écroulées sous le poids de l’âge. Elles n’ont pas été reconstruites. Elles ont disparu du paysage.

La disparition de ces deux cases n’est pas anecdotique. Elle est emblématique d’un avenir incertain.

Le Covid-19 a plombé le tourisme, une source de revenus pour l’entretien du complexe. Les financements internationaux s’assèchent. L’Etat a d’autres urgences.

Craignant pour l’avenir de l’œuvre de Schweitzer, le président de l’AGAAS, Louis Marie Félix Ambourouet Onanga plaide pour l’inscription de ce bijou au patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Cet hôpital a été en partie à l’origine du prix Nobel de la paix décerné à Schweitzer en 1952 », rappelle M. Ambourouet Onanga à un reporter de Gabonactu.com

« L’hôpital à une valeur historique immense », soutient l’homme qui rappelle que durant des années, des malades sont partis du Congo Brazzaville, du Cameroun et même de la Centrafrique pour venir se faire soigner à Lambaréné dans l’hôpital de Schweitzer.

« Inscrire l’hôpital dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO donnerait une seconde vie à l’œuvre », poursuit M. Ambourouet Onanga qui espère que le label de l’UNESCO rallumerait la flamme internationale en faveur de cette œuvre philanthropique.

Le Gabon a lancé un recensement de ses sites à inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’hôpital Schweitzer était déjà sur les tablettes du gouvernement, mais des experts du ministère de la Culture ont retiré le site de leur shortliste pour un « manque d’intérêt historique évident », ont-ils argumenté.

Tombe du Dr Schwietzer à Lambaréné © Gabonactu.com

L’argument est battu en brèche par l’AGAAS qui demande au ministère de la Culture de revoir ses critères de sélection des sites.  

Albert Schweitzer mort en 1965 à Lambaréné à 90 ans. Son vœu d’y reposer pour l’éternité a été respecté.

Le Gabon ne dispose à ce jour que d’un seul site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, il s’agit de la réserve naturelle de la Lopé, pionnière de la conservation de l’environnement dans le pays.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.