Inquiétudes sur l’avenir de l’Union nationale le parti qui ne sera plus dirigé par Zacharie Myboto

L’Union nationale (UN), parti politique de l’opposition créé dans la foulée de la contestation de la victoire d’Ali Bongo Ondimba en 2009 sur ses principaux adversaires de l’époque Pierre Mamboundou et André Mba Obame a ouvert son 2ème congrès, samedi à Libreville dans une ambiance inquiétante sur l’avenir du parti, selon son Secrétaire exécutif, Dr Minault Maxime Zima Ebeyard.

« Ce n’est un secret pour personne, ce Congrès se présente sous des auspices peu radieux », a lâché le Secrétaire exécutif le regard incisif en direction des militants et invités du parti. Le cœur serré, le Dr Minault Maxime Zima Ebeyard qui a géré le parti au quotidien durant ces cinq dernières années a soutenu devant l’assistance qu’il a beaucoup à dire mais qu’il ne souhaitait pas déshabiller le parti devant son parterre d’invités.


« Je le redis, je suis triste et inquiet », a-t-il congé la gorge nouée à force d’étouffer ce qu’il avait à vomir.

Pour justifier son propos, Dr Minault Maxime Zima Ebeyard a fait constater avec regret l’absence de l’ancien Premier ministre Casimir Oyé, un des vice-présidents du parti qui avait été choisi en 2016 comme candidat du parti à l’élection présidentielle.

« Je ne suis ni fier ni heureux de constater l’absence du Vice-président Casimir Oye Mba à cette grand-messe qui doit consacrer la sortie ou ouvrir la retraite politique de notre président Zacharie Myboto », a-t-il dit en substance.

« Cette absence m’inquiète pour la suite, comme elle m’invite à nous appeler, tous autant que nous sommes, au sursaut et au dépassement de soi et à renoncer à nos calculs égoïstes », a-t-il conseillé.

Créé le 10 février 2010, l’Union nationale compte un député et un maire. Résultat minable, selon le Secrétaire exécutif.

« Avec gravité, et parce que je n’ai pas été capable de porter notre parti à la hauteur de l’espérance de ses militants, je renonce à solliciter le quitus du congrès pour ma gestion », a craché.

Au sujet de l’avenir du parti, le Dr Minault Maxime Zima Ebeyard pointe des calculs orchestrés en sourdine pour succéder au président Zacharie Myboto qui ne pouvait plus briguer un 3ème mandat comme prévu par les statuts.

Sans citer le ou les clans à l’origine de ces manœuvres le Secrétaire exécutif a conseillé : « Marie Mendome, cette gabonaise anonyme tuée pour avoir eu la mauvaise idée d’être militante de l’Union Nationale et de prendre part à une manifestation de notre parti, Pierre Claver Zeng Ebome, Daniel Kombé Lékambo et André Mba Obame, à l’endroit où ils se trouvent, nous regardent ».

« Je voudrais qu’ils soient fiers de nous », a-t-il conclu.

Le congrès débouchera sur le renouvellement des mandats à tous les postes dont celui de président. Une guerre froide serait lancée entre différents clans dont celui du président sorti pour occuper ce poste qui fera de son titulaire une des personnalités qui comptera dans le pays lors de la prochaine élection présidentielle prévue en 2023.

Aucun candidat n’est officiellement déclaré mais ils seraient nombreux à fourbir discrètement leurs armes. La vérité sera connue ce lundi date de la clôture du congrès.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.