Gabonais bloqués à l’étranger : fin de la 1ère phase, la seconde dans les prochains jours (Bilie By Nze)

Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze a annoncé, jeudi, dans un communiqué la fin de la première phase de rapatriement des gabonais bloqués à l’étranger et le lancement dans les prochains jours de la seconde phase qui concernera les gabonais coincés dans les villes de Cotonou, Lomé, Dakar,Johannesburg, Casablanca, Dubaï, Istanbul, Ouagadougou, Bamako, Addis-Abeba, Tunis, le Caire et Paris.

« Ce jeudi 14 mai 2020 marque la fin de la 1ère phase du rapatriement de nos compatriotes bloqués à l’étranger. Après Yaoundé et Douala, les gabonais bloqués à kinshasa, Brazzaville, Pointe-Noire et Abidjan sont de retour au pays », s’est réjoui le ministre.


« Cette opération qui relève d’une décision prise par le Président de la République, Chef de l’État, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, est mise en œuvre par le Ministère des Affaires Étrangères avec le concours de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile, du Ministère des Transports, du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de la Défense et du Ministère de la Santé », rappelle Bilie By Nzé.

Selon le ministre, au total, une centaine de gabonais ont retrouvé leurs familles et pourront, dans les heures et jours à venir, reprendre leurs activités dans le respect des mesures gouvernementales de port obligatoire du masque et de distanciation physique.

« Quant à la seconde phase, qui devrait débuter dans les prochains jours, elle concerne les villes de Cotonou, Lomé, Dakar,Johannesburg, Casablanca, Dubaï, Istanbul, Ouagadougou, Bamako, Addis-Abeba, Tunis, le Caire et Paris », a indiqué le patron de la diplomatie gabonaise qui a rappelé qu’en raison de la situation sanitaire liée au Covid-19 le Comité Technique du Copil (Comité de pilotage de la lutte contre le Covid-19, ndlr) met en place pour chaque arrivée un dispositif de dépistage systématique à la sortie des formalités de police.

Suite à la propagation rapide du Covid-19, le Gabon avait brutalement fermé ses frontières aériennes, terrestres et maritimes. La décision quoique salutaire avait bloqué à l’extérieur quelques 1 200 citoyens en cours séjour hors du pays, selon un décompte du ministère des Affaires étrangères.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.