Gabon/Éducation sexuelle complète : des personnels spécialisés formés

Les personnels spécialisés sur l’Éducation  sexuelle complète en pleine formation le 30 juillet à l’école publique de Mont Bouet 1 à Libreville © Gabonactu.com

Plus de 38 conseillers d’orientation, psychologues, travailleurs sociaux et personnel médical des infirmeries des 13 établissements scolaires de la province de l’Estuaire sont désormais outillés en matière d’Éducation sexuelle complète.

La formation dispensée du 27 au 30 juillet orientée vers la Santé sexuelle et de la reproduction (SSR) et la Violence basée sur le genre (VBG) rendre dans le cadre du 7ème programme de la coopération Gabon-UNFPA. Le renforcement des capacités de ces personnels spécialisés va renforcer la prévention et la prise en charge des élèves dans le cadre de l’Eduction sexuelle complète.


La formation a eu également lieu en ateliers © Gabonactu.com
La formation a eu également lieu en ateliers © Gabonactu.com

« L’objectif est de former tous les personnels spécialisés dans tout le Gabon pour qu’on est la généralisation de l’éducation sexuelle complète ; de la même façon qu’on forme les enseignants et les encadreurs pédagogiques, on forme aussi les personnels spécialisés », a expliqué au terme de l’atelier Bertille Nadia Matsougou Mayombo, coordonnateur du programme SSR et VBG au Ministère de l’Education nationale.

Le programme mis en œuvre depuis 2018 dispose de l’appui technique et financier de l’UNFPA. Pour sa première phase, 32 personnels spécialisés de 12 établissements ont été formés. Des agents qui contribuent fortement déjà à atténuer les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes dans les établissements scolaires. Ils attirent l’attention de ces jeunes sur la prise de conscience au phénomène de grossesses précoces, des Infections sexuellement transmissibles (IST), de VIH, de consommation de drogues,  de violences et autres.

Pour madame Matsougou Mayombo, « l’objectif aussi de l’éducation sexuelle complète c’est amener les individus notamment les jeunes à prendre des décisions saines, à moindre risque, et qui ne compromettent pas leur avenir scolaire ».

Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.