Évènement dramatique du 31 août 2016 : le « plus jamais ça » de Paul Marie Gondjout

Paul Marie Gondjout (extrême gauche) et d’autres leaders politiques de l’opposition posant pour la postérité avec Abdoulaye Bathily, représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour l’Afrique Centrale (UNOCA), venu les délivrer le 2 septembre 2016 du QG de Jean Ping après avoir passé deux jours sous surveillance militaire. © Facebook Paul Marie Gondjout

L’opposant Paul Marie Gondjout, un des leaders politiques ayant vécu la nuit cauchemardesque et dramatique du 31 août 2016, liée à l’attaque du QG de Jean Ping, a mentionné avec mélancolie sur sa page Facebook  : « plus jamais ça ».

« Je pense que le temps est venu d’ouvrir une enquête sur les exactions commises après l’élection présidentielle de 2016 pour situer les responsabilités, réparer tous les préjudices subis et pour qu’ensemble nous disions : « plus jamais ça », a soutenu M. Gondjout.


L’attaque du QG de Jean Ping, alors candidat unique de l’opposition qui se considère jusqu’à présent comme le « véritable vainqueur » de l’élection présidentielle mouvementée du 27 août 2016, découlait du conflit post-électoral.

Comme chaque année, Jean Ping et ses soutiens à l’instar de Paul Marie Gondout commémorent la « Journée du souvenir » en hommage aux « martyrs » du 31 août 2016.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.