COPIL : après Gahouma, les agents de l’aéroport réclament 8 mois d’arriérés de primes

Une trentaine d’agents du ministère du Tourisme et quelques jeunes bénévoles ayant servi dans le cadre du Copil affecté à l’aéroport de Libreville (ADL) observent depuis vingt-quatre heures un sit-in, au sein de l’aéroport, pour réclamer le paiement de 7 mois d’arriérés de primes, rapporte le journal en ligne Gabonreview.

Début mars, ce sont les volontaires qui ont travaillé au laboratoire Gahouma, le plus grand centre de tests covids monté au Gabon au plus fort de la pandémie qui se sont révoltés lorsqu’un matin il leur a été annoncé brutalement d’arrêter toutes activités.


Ces agents accusaient alors 10 mois d’astreinte et de garde non payés et 2 mois de primes d’encouragement non payées.

Pour combattre la pandémie du Covid 19, le Gabon a créé le COPIL, une administration sous tutelle du ministère de la Santé. C’est celle-ci qui a coordonné toute la lutte contre la pandémie. Elle a recruté plusieurs volontaires aujourd’hui sans-emplois après des heures de gloire dans l’administration.

Dans un message à la nation le 9 mars dernier, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a officiellement annoncé la levée de toutes les mesures barrières prises contre le Covid 19. Cette annonce menace l’existence du COPIL qui était au plus fort de la pandémie une supra administration qui dictait la loi dans le pays.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.