CLR en Crise : les coordinations provinciales de l’Estuaire et du Haut Ogooué disent non à l’exclusion illégale  de Nicole Assélé

Les coordinations du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité) pour les provinces de l’Estuaire et du Haut Ogooué dénoncent et disent non à l’exclusion non légale et cavalière du Délégué général du parti, Dr Nicole Assélé.

« La coordination communale  de Libreville reconnait et maintient sa confiance et son soutien à la camarade Nicole Assélé, notre Délégué General, élue lors du congrès de 2019 », ont fait savoir les Celeristes de la province de l’Estuaire qui appellent le président fondateur du CLR, Jean Boniface Assélé, auteur de cette décision inique au respect des textes et au  ressaisissement pour mettre fin climat délétère en cours au sein du parti.

Dans une pétition, les militants  de  la Coordination de la province du Haut Ogooué (sud-est), province d’origine de Jean Boniface Assélé et sa fille, « venons très respectueusement désapprouver cette décision qui d’obéit pas à nos statuts et règlement intérieur ».


Le 28 février 2022,  le président fondateur du CLR, Jean Boniface Assélé, par ailleurs président du Conseil politique du parti, a exclu, son Délégué général, Nicole Assélé  par la décision N¨0003.

« Tonton associé » reproche à sa fille de « mettre en mal l’unité et l’intégrité du parti, la propension à contester les décisions du chef du parti, la rétention des documents administratifs, la tenue des réunions interdites par le chef du parti, l’encouragement passif et actif des actes d’insubordination et injurieux de ses collaborateurs à l’endroit du chef du parti ».

Nicole Assélé persiste et signe qu’elle demeure  le Délégué général du CLR jusqu’au prochain congrès prévu en 2024 selon les statuts.

Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.