Affaire BR Sarl : le gouvernement gabonais accusé de manipuler  la cour de justice de la CEMAC

 Le président du CAPPE et du  MCVL, Emmanuel Mvé Mba © D.R

Le président du Congrès des agents publics parapublics et privés de l’Etat (CAPPE), Emmanuel Mve Mba, par ailleurs leader du Mouvement citoyen des volontaires de libertés (MCVL), a accusé dans une conférence de presse le gouvernement gabonais d’avoir tenté de manipuler  la cour de justice de la CEMAC dans  «  l’Affaire BR Sarl » dont il est le défenseur de 18 000 épargnants floués.  
« Le but de cette mission était de demander à la cour communautaire de la CEMAC de prononcer son incompétence sur cette affaire qui oppose le CAPPE et 18 mille épargnants Gabonais à la COBAC et la CEMAC », a insinué M. Mve Mba

Selon lui, une délégation de la COBAC, des membres du gouvernement et des parlementaires gabonais se seraient récemment rendue à Ndjamena  au Tchad, où se trouve la cour de justice de la CEMAC, pour instrumentaliser  cette instance judiciaire qui a été saisi par le CAPPE pour régler ce scandale financier.


BR Sarl est une entreprise de microfinance qui  exercé au Gabon de 2011 à 2015. Le pasteur Yves Mapakou présenté comme le patron de ladite entreprise avait quitté  le Gabon avait toute l’épargne des  clients estimée à plusieurs milliards de FCFA. La pile des plaintes portées contre BR Sarl n’ont jamais prospéré au niveau local. C’est pourquoi les 18 000 épargnants par le biais du Congrès des agents publics parapublics et privés de l’Etat,  ont saisi  la  cour de justice de la CEMAC pour espérer trouver gain de cause.

« Je voudrais témoigner notre respect et profonde gratitude vis à vis des autorités de la cour de justice communautaire qui ont refoulé sans condition la délégation du gouvernement gabonais», s’est-t-il réjoui.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.