6 ans après la tombe d’AMO toujours dans un état sommaire

Six ans après son inhumation dans sa ville natale de Medouneu, André Mba Obame dit AMO repose toujours dans une tombe à l’état sommaire, s’indigne un internaute qui dit être actuellement dans la ville où cette tombe est devenue un lieu de pèlerinage politique.

« Fort est de constater que plusieurs années plus tard, la tombe de l’illustre homme politique, est toujours restée en l’état et cela ne semble gêner personnes aussi bien dans sa famille politique que consanguine », s’indigne l’internaute dont le nom de profil est Sosthène Ndong Engonga.


« Sa famille politique ne cesse de se « pavaner » autour de cette tombe à chaque fois mettant ainsi à nu aux yeux du monde l’état dans lequel se trouve la tombe d’André Mba Obame », constate-t-il photos des dirigeants de l’Union nationale le parti qui a porté le dernier combat politique d’AMO.

Tombe d'André Mba Obame à Medouneu / Gabonactu.com
Recueillement devant la Tombe d’André Mba Obame à Medouneu © Sosthène Ndong Engonga

« Qu’est ce qui manque afin qu’un mausolée soit érigé à cet endroit ? Je pose juste la question pour savoir… ou bien ça ne me regarde pas », s’interroge-t-il avant de conclure « j’ai écris. Venez me taper. Je suis encore à Medouneu ».

Plusieurs fois ministre sous Omar Bongo Ondimba qui l’avait adoubé comme « fils », André Mba Obame avait claqué la porte la porte du pouvoir dont il était l’une des étoiles montantes pour se ranger dans l’opposition. Candidat à l’élection présidentielle de 2009 après la mort d’Omar Bongo, il avait revendiqué la victoire et s’auto-investi président de la République avec la mention « Président élu » le 25 janvier 2011.

La pression administrative s’était abattue contre son parti l’Union nationale fondé le 20 avril 2010 et lui-même quasiment jusqu’à son décès le 12 avril 2015 au Cameroun après une longue errance en Afrique du sud et en France.

Jusqu’à ses obsèques, AMO avait un capital confiance qui faisait de lui l’un des dirigeants le plus aimé des gabonais.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.