Un prédateur sexuel viole sauvagement son bébé d’un an et sa sœur de 6 ans à Gamba

Steeve Bouassa, le présumé violeur devant un des poids lourds de la Satram © DR

Un prédateur sexuel âgé de 40 ans a violé le week-end écoulé dans la même nuit à Gamba son bébé de 1 an et sa sœur de 6 ans, a appris Gabonactu.com auprès de la famille.

Steeve Bouassa, chauffeur poids lourds chez Satram a plongé la petite cité pétrolière de Gamba dans l’émoi. Dimanche matin, son nom et son acte d’une atrocité ont fait la une de la petite ville pourtant habituellement tranquille.
Selon des témoignages obtenus par la rédaction de Gabonactu.com, l’homme aux muscles bombés s’est rendu nuitamment au domicile de sa concubine avec laquelle il était en séparation. Sa concubine, infirmière était à l’hôpital pour une garde de nuit. L’autre grande femme de la maison était malade, elle aussi retenue à l’hôpital. Les deux enfants sont restés à la maison malgré eux.
C’est cette nuit-là que Steeve Bouassa a choisi passer à l’acte. Un peu tard dans la nuit, il arrive devant la porte, il frappe à plusieurs reprises et demande à la petite de 6 ans de lui ouvrir la porte. La petite reconnait la voix de Tonton Steeve et vient ouvrir la porte. Erreur fatale. Le castard referme la porte derrière et se transforme en monstre.


Il attrape d’abord la petite « S », 6 ans, nièce de sa concubine. Il l’étouffe pour que ses cris n’alerte pas le voisinage. Il la menace de mort. Comme une bête féroce, il jubile sur les souffrances de sa victime. C’est le calvaire, une nuit atroce, bref un enfer. Après le supplice sur la petite « S », Bouassa s’acharne sur son propre bébé d’un an qu’il étouffe. Personne ne sait combien de temps a duré le martyr pour ces pauvres innocentes sans défense.

Son crime commis, le barbare sort de la maison laissant les enfants détruits, ravagés, terrorisés.
Le matin, la concubine de retour à la maison découvre l’horreur. La petite « S » désigne le bourreau, tonton Bouassa.
Les deux victimes sont immédiatement conduites à l’hôpital. Conclusion du médecin, elles n’ont pas seulement subit des attouchements mais surtout des violences cruelles avec atteinte à l’intégrité physique. Les certificats médicaux sont accablants et font couler les larmes aux parents inconsolables.
La nuit suivante, la petite « S » est tombée évanouie quasiment à l’heure où elle a été sauvagement agressée. Ramenée à l’hôpital, elle a été placé sous perfusion mais elle n’a pas été vu par un psychologue. il semble qu’il n’y en a pas un seul dans ce petit coin assez enclavé. Sa maman serait aussi bloquée dans un site de production pétrolière.
Recherché, Steeve Bouassa est retrouvé chez lui. Des gendarmes se saisissent de sa masse de chaire. Il tente de justifier son horrible crime par volonté de vengeance contre sa concubine qui ne voulait plus de leur union. Chauffeur poids lourds, il nargue les agents en prétendant avoir des poteaux trop lourds pour lui éviter la prison.

Pour le moment, le bourreau médite sur son sort dans la cellule de la brigade nautique de la gendarmerie de Gamba. Si les « Grands-quelques » dont il se prévaut être le protégé n’interviennent pas, il doit être transféré à Port-Gentil pour être jugé. Il risque jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle, selon une source judiciaire contactée par Gabonactu.com. La grâce présidentielle ne concerne pas les auteurs de viol, rappelle la source.

De leur côté, les parents des victimes appellent les ONG et l’association de la Première Dame Sylvia Bongo Ondimba à l’aide. Ils exigent que cet odieux crime ne reste pas impuni et que la peur s’empare dorénavant des autres prédateurs sexuels tapis dans l’ombre.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.