Catégories
Fait divers

Un incendie fait de nombreux SDF dans un « mapane » à Franceville

Les voisins des victimes sont aussi sous le choc comme les victimes @ Gabonactu.com

Franceville, 12 avril (Gabonactu.com) – Une trentaine de personnes sont devenues des ’’sans domicile fixe’’ suite à un violent incendie qui a ravagé leurs habitations dans un quartier sous intégré de Franceville, non loin du marché de Potos, dans la nuit de mardi à mercredi, a appris Gabonacu.com auprès des témoins.

Les sept maisons consumées par les flammes ont emporté avec elles du matériel électro-ménager, d’importants documents, du mobilier et de l’argent en espèces, indiquent des témoignages concordants. Aucune vie humaine ou animale n’est cependant à déplorer.

L’éternelle solidarité africaine en pareilles circonstance n’a été d’aucune efficacité, explique-t-on.

Cependant, les pompiers, appelés pour combattre les flammes n’ont pu accéder au lieu du sinistre en raison d’un relief inapproprié et du désordre filaire constaté sur les lieux. En effet, la société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) ne fournit pas d’effort pour apporter aux clients l’électricité et l’eau dans des conditions de sécurité appréciables.

Très souvent, les compteurs sont séparés des utilisateurs de 500 mètres, voire plus. Chaque client se débrouille donc pour transporter son électricité au moyen des câbles pas toujours appropriés et des poteaux de fortune. Leur enchevêtrement créé de facto des barrières dangereuses pour les véhicules et les noctambules.

Les pompiers ont donc assisté avec une complicité tacite à la consumation des appartements construits avec un mélange de planches, de contre-plaqués et de parpaings, comme dans la plupart des quartiers de la capitale altogovéenne.

Selon des témoignages recueillis auprès des sinistrés, l’incendie a été provoqué par un court-circuit au niveau de l’appartement de Jessica et se serait propagé très vite. Les efforts déployés par les voisins n’ont pas suffi pour venir à bout des flammes qui ont profité des contreplaqués et planches pour prendre une ampleur démesurée.

La propriétaire des maisons calcinées, Huguette Oboro demande l’aide des autorités. Une plainte contre x a été déposée auprès des services de la police judiciaire pour établir les responsabilités, apprend-t-on.

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Environnement Non classé Santé

Malnutrition : un chercheur gabonais met au point un complément alimentaire pour combattre l’impuissance sexuelle, le diabète, l’arythmie cardiaque et l’hypertension

Wavé-Fortex du professeur Lepengué @ Gabonactu.com

Franceville, 11 avril (Gabonactu.com) – Le professeur gabonais Nicaise Lépengué a présenté le week-end écoulé à Franceville (sud est du Gabon), un complément alimentaire mis au point par ses équipes  pour combattre l’impuissance sexuelle, le diabète, l’arythmie cardiaque et l’hypertension artérielle.

 

Baptisé Wavé-fortex, ce complément alimentaire est un produit phyto-alicamentaire à cent pour cent naturel, qui a pour rôle de compléter au corps humain les éléments nutritifs nécessaires qui manquent au maintien de son équilibre.

Le professeur Nicaise Lépengué, inventeur du Wavé Fortex @ Gabonactu.com

« Nous avons inventé Wavé-fortex pour combattre les malnutritions, parce que c’est d’abord un aliment et il est riche en calories. Il a aussi des vertus médicinales pour lutter contre les problèmes d’hypertension, l’arythmie cardiaque (palpitations) et la constipation. Dans le produit il y a un petit pourcentage de propriétés antidiabétiques. Notre formule alimentaire intervient aussi dans le cadre du rajeunissement cellulaire, en éliminant tous les radicaux libres du corps », a assuré le professeur Lépengué.

 

L’idée du Wavé-fortex lui est venue, a-t-il expliqué, après une étude menée à Franceville, à Koula-Moutou et dans le reste du Gabon. Celle-ci a révélé qu’au-delà de 40 ans, à plus de 75 %, la population gabonaise était atteinte des maladies du métabolisme, notamment des problèmes d’impuissance sexuelle, de diabète, d’arythmie cardiaque et d’hypertension artérielle.

« Le fait qu’il n’existe aucun traitement efficace contre les maux cités, nous nous sommes donnés pour objectif de mettre en place un produit qui soit le plus inoffensif possible, en minimisant au maximum les effets secondaires. Sur cette base nous sommes allés sur la synthèse d’un alicament, c’est-à-dire un aliment qui a des propriétés de médicament. C’est l’origine du Wavé-fortex ! », a précisé le chercheur Gabonais.

 

La fameuse potion, très courtisée dans les pays d’Afrique de l’Ouest et au Gabon est une sélection de plusieurs plantes locales, choisies pour leur complémentarité alimentaire. Elle s’avère hyper riche en magnésium, en calcium, en zinc, en potassium, en fer, en protéines, en fibres et en vitamines A, B, C, E et K.

 

Sa consommation est conseillée pour toute personnes des deux sexes âgés de plus 10 ans, n’étant pas sous traitement aphrodisiaque, ne souffrant pas de calculs rénaux et n’étant pas allergique aux épices tropicales, indique le chercheur.

Le Wavé-fortex peut se procurer dans les principales villes du Gabon, affirme-t-on.

Cyriaque Daris N’Goma

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Culture Education

ANPI et l’USTM organisent une conférence pour lever les tabous sur l’entreprenariat des jeunes dans le Haut-Ogooué

USTM à l’entrée principale le 4 avril 2018 @ Gabonactu.com

Franceville, 6 avril (Gabonactu.com) – L’université des sciences et techniques de Masuku (USTM) organise samedi, en partenariat avec l’agence nationale de promotion des investissements (ANPI), une conférence ouverte au public, pour lever les tabous sur entrepreneuriat des jeunes dans la province du Haut-Ogooué, indique un communiqué de l’université locale.

Elle aura pour thème : entrepreneuriat des jeunes dans le Haut-Ogooué, mythe ou réalité ?

Son animation sera faite dans l’un des auditoriums de l’université par les responsables des mutuelles et le représentant provincial de l’ANPI, Christian Mayombo.

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Afrique Education Science Technologie

L’USTM organise un colloque pour vulgariser les applications quotidiennes des mathématiques

Pr Tony Ezome Mintsa, enseignant-chercheur à l’USTM et organisateur de l’Ecole mathématique africaine @ DR

Franceville, 5 avril (Gabonactu.com) – La faculté des sciences de l’université de Masuku organise, depuis mardi, une Ecole mathématique africaine pour montrer aux jeunes enseignants chercheurs mais aussi aux étudiants inscrits en Master et en Doctorat les applications quotidiennes de celles-ci, en hommage au 1er docteur gabonais en mathématiques, Bibang Ondo.

« Nous avons constaté que l’Afrique est très en retard dans plusieurs domaines, y compris les maths. Nous avons donc réunis des collègues qui officient ou qui font des recherches dans des laboratoires reconnus pour organiser cette école », a indiqué le professeur Tony Ezome Mintsa, principal organisateur.

Il explique par ailleurs que tous les objets que nous utilisons au quotidien exigent l’application des mathématiques, tels que le téléphone, la radio, l’ordinateur, le chiffrement des données, le paiement des salaires, la météo et bien d’autres.

Le thème choisi pour cette deuxième édition développera la notion de « l’application des mathématiques à la cryptographie et à la robotique ».

Quatre cours seront développés en dix jours, à savoir les variétés jacobiennes et l’application à la cryptographie ; les corps P-Adiques et les corps des nombres ; la cinématique des robots et le logiciels Pari/GP. Ces cours seront dispensés par trois français et deux gabonais.

Placée sous la tutelle du Gabon et de la France, l’Ecole mathématique africaine regroupe des enseignants-chercheurs du Congo-Brazzaville, du Cameroun, du Niger, du Nigéria, de la Tunisie, du Burkina Faso et du Sénégal.

L’USTM a reçu le soutien et la collaboration du Pôle de recherche en Mathématiques et leurs applications en sécurité de l’Information en Afrique Sub-saharienne (PRMAIS), de l’Union mathématique africaine (UMA), de Simons Foundation et du Centre international des mathématiques pures et appliquées (CIMPA) du Maroc.

 

 

            Cyriaque Daris N’Goma

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie Non classé Social Société

La CNSS lance une sensibilisation anti-fraude dans le Haut Ogooué et l’Ogooué Lolo

Romaric Ngomo Menié, directeur régional CNSS @ DR

Franceville, 30 mars (Gabonactu.com) – Les indélicatesses de quelques agents véreux de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) auprès des employeurs de la province ont contraint, jeudi, le Directeur régional de l’Ogooué Lolo et Haut-Ogooué, Romaric Ngomo-Ménié à initier une opération de communication afin de rétablir la confiance perdue.

Du 29 mars au 13 avril prochain, des séances d’information et de sensibilisation seront organisées pour vulgariser auprès de ceux-ci la stratégie de la Direction générale de la CNSS en matière de lutte contre la fraude et autres indélicatesses.

Cette stratégie fait partie d’une vision globale axée sur la réactivité, l’orthodoxie, le mérite et l’efficacité.

En effet, ces dernières années, il a été constaté que de nombreux agents dits « de recouvrement » se hasardaient à faire main basse sur des cotisations en liquides perçues auprès des employeurs qui, à la fin, s’étonnaient de constater qu’en réalité leur comptes n’étaient jamais approvisionnés ou qu’ils accusaient de nombreuses irrégularités.

« Il y a quelques mois encore, la gestion était centralisée au niveau de Libreville. Maintenant qu’elle est décentralisée, nous allons mettre des moyens de contrôle pour nous assurer que toutes les opérations sont exécutées dans le cadre de notre délégation de pouvoir. Les indélicatesses que nous avons enregistrées il y a quelques temps nous ont valu la méfiance des employeurs. C’est pourquoi il nous a paru utile de communiquer par rapport à ces aspects pour les rassurer et leur expliquer les nouvelles orientations de la Direction générale », a indiqué Romaric Ngomo-Ménié.

Des mesures disciplinaires seront réservées à ceux qui ne voudraient pas s’amender“, a-t-il menacé.

Dorénavant, les employeurs de la province du Haut-Ogooué et de l’Ogooué Lolo n’auront plus besoin de se rendre à Libreville pour effectuer des opérations à la CNSS. Une facilitation leur est offerte. Tout se fera sur place, à Franceville ou à Koula-Moutou, selon qu’on se trouve dans l’une ou l’autre province voisine.

« Bientôt, nous irons visiter les entreprises afin de regarder de près la situation de chacune d’entre elles et leur apporter toutes les informations et réponses nécessaires », a-t-il précisé.

A travers quatre ateliers, les employeurs qui ont bien voulu prendre part à cette opération de communication ont eu droit à l’écoute. L’occasion leur a été donnée de se renseigner sur toutes les mutations opérées à la CNSS, la gestion des comptes, le contrôle des employeurs, les déclarations trimestrielles de salaires, l’immatriculation des employés et surtout ses avantages, la prévention et les différentes prestations.

La sensibilisation du jour a aussi consisté à expliquer aux employeurs les dispositifs de prise en charge et de gestion de la relation entre la CNSS et leurs structures et à leur présenter la nouvelle organisation des activités au sein de la direction régionale des provinces de l’Ogooué Lolo et du Haut-Ogooué.

Moanda et Koula-Moutou sont les prochaines étapes de cette opération.

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Non classé Politique

Luc Oyoubi, nouveau secrétaire provincial du PDG dans le Haut-Ogooué

 

Franceville, 22 mars (Gabonactu.com) – Le membre du bureau politique du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Luc Oyoubi a été porté la semaine dernière à la tête du secrétariat de cette formation politique à Franceville dans un anonymat quasi total.

Hormis les sirènes du cortège qui a ramené les pédégistes de l’aéroport de Mvengué pour la salle d’installation du nouveau secrétaire provincial, aucun engouement n’a été constaté, à la différence de précédentes manifestations de ce parti.

L’élu du 2e siège du département de la Sébé-Brikolo a été installé par Gisèle Itoumba, secrétaire nationale du PDG, chargée de la rénovation des pratiques et de l’animation politique dans la province.

Sa désignation à ce poste stratégique du PDG remonte à décembre dernier, lors du dernier congrès de ce parti. Il remplace Ludovic Ngodjiga qui est resté inamovible depuis plusieurs années.

Solange Otina a hérité du secrétariat communal de Franceville, Jacqueline Offou et Basile Moundjaga se partagent respectivement les quatre arrondissements de Franceville, deux par deux.

Quant à lui, le très discret secrétaire général du conseil départemental de la Passa, Joël Lehoumbou hérite du secrétariat du même département.

 

Ancien parti unique dès sa création le 12 mars 1968, le PDG dirige le Gabon sans interruption depuis 50 ans. Sa mort ou sa destruction prophétisée par ses virulents détracteurs n’a jamais eu lieu. Au contraire le parti réussi à survivre à toutes les épreuves.

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Société

L’envolée des prix de carburants pousse les taximen au caprice

 

Franceville, 21 mars (Gabonactu.com) – Les dernières augmentations des prix de carburants sur toute l’étendue du Gabon a poussé les transporteurs de la capitale du Haut-Ogooué à le faire payer aux usagers, constate-t-on.

 

Dorénavant, les taxi-bus n’embarquent à Potos que les usagers ayant pour destination Mbaya. Seulement, les deux points constituent des bouts de parcours.

Cependant, toute personne qui voudrait se rendre en ville ou dans une quelconque administration devra payer le double du tarif habituel, même pour parcourir 500 mètres.

La course qui était à 1 000 FCFA a triplé de jour et quintuplé de nuit.

Cette malheureuse innovation des transporteurs francevillois fait de nombreux infortunés parmi les fonctionnaires dépourvus de moyens de locomotion et les élèves. Les retards au poste et à l’école sont devenus légion.

Malgré les appels au ressaisissement du maire de Franceville Roger Ayouma, aucun transporteur ne daigne se conformer, remarque-t-on.

Les difficultés inhérentes à la crise qui sévit depuis quatre ans s’ajoutent au coût exorbitant de la vie des denrées alimentaires et au goulot d’étranglement causé par les transporteurs.

Sollicité à plusieurs reprises, le président de l’association des transporteurs décline tout entretien.

Depuis mercredi, la mairie a placé des agents aux points d’embarquement de Potos pour traquer les conducteurs qui « maltraitent une population souffrante ».

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Santé

Drépanocytose : le CIRMF y consacrera un colloque à Franceville en juin 2018

Une vue partielle du siège du CIRMF à Franceville @ DR

Libreville, 19 mars (Gabonactu.com) – Le très sérieux Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) consacrera un colloque, du 28 au 30 juin prochain, sur la drépanocytose, cette maladie héréditaire qui plonge encore de très nombreuses familles dans la détresse et la tristesse au Gabon.

 

Le colloque se déroulera à Franceville sous l’appellation « Première journée de la drépanocytose à Franceville ».

 

« Informations et prévention des complications de la drépanocytose », c’est le thème central retenu par les organisateurs qui promettent des consultations et une distribution gratuite de médicaments à cette occasion.

 

L’événement sera organisé en partenariat avec l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM), l’Hôpital de l’amitié sino-gabonaise, l’Université Omar Bongo et le CIRB.

 

Selon les spécialistes, la drépanocytose est une maladie génétique héréditaire (de transmission autosomique récessive). En claire, la maladie est transmise par les deux parents, elle n’est bien entendu pas contagieuse. Pour être malade, il faut que l’enfant reçoive de chacun de ces deux parents un allèle muté du gène régissant la structure de l’hémoglobine, la protéine qui assure le transport de l’oxygène dans le sang. S’il n’en reçoit qu’un, il ne développera pas la maladie, mais pourra la transmettre s’il a un enfant avec une personne dans le même cas que lui. Deux “porteurs sains” ont alors une chance sur quatre d’avoir ensemble un enfant malade.

 

Camille Boussougou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Sports

CF Mounana et Mangasport chutent dès l’entame des compétitions africaines

 

Libreville, 10 février (Gabonactu.com) – Les deux clubs gabonais engagés en compétition africaine ont été battu d’entrée en match comptant pour le tour préliminaire de la ligue africaine des champions et en Coupe de la Confédération africaine de football (CAF).

 

Le CF Mounana a été battu (0-1) samedi au Stade du 4-Août de Ouagadougou par le Rail Club du Kadiogo (RCK) au terme d’un match comptant pour le tour préliminaire de la ligue africaine des champions. Herman Sawadogo a magistralement tiré un penalty accordé à son club à la 22ème minute suite à une main de la défense gabonaise dans la surface de réparation.

 

De son côté l’AS Mangasport, vice-champion du Gabon 2017 a été battu (0-1) samedi au stade Rénovation de Franceville par Maniema Union de la République démocratique du Congo (RDC), en match aller du tour préliminaire de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF). But de Bassiala à la 84ème minute.

 

Match retour le week-end prochain.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Le PDG met la pression contre les fraudeurs à Franceville

 

Libreville, 22 novembre (Gabonactu.com) – Le secrétariat général du Parti démocratique gabonais (PDG, parti au pouvoir) a décidé de mettre la pression contre les fraudeurs à Franceville où les élections des membres du bureau politique, du conseil national et du comité central ont été annulées la semaine dernière suite à un « déficit organisationnel », selon un terme poli choisi par le parti.

 

Le parti a décidé de mettre les bouchers doubles pour éviter la fraude lors de ces élections reprogrammées pour les 25 et 26 novembre prochain.

 

Le Secrétariat général du PDG a ordonné la suspension des inscriptions des nouveaux membres du parti jusqu’à la fin du scrutin. La semaine dernière, plusieurs candidats ont déploré des inscriptions étranges de nouveaux membres du parti. Les nouveaux venus seraient en réalité « des bœufs votants ».

 

« On a vu dans des quartiers des dirigeants du parti se balader avec des bulletins d’adhésion à la recherche des militants qui n’avaient qu’à compléter leur photo », a déploré un candidat au poste de conseiller national.

 

Deuxième décision prise par le PDG, organiser une réunion de concertation ce mercredi en fin d’après midi au siège du parti à Libreville pour décrisper la situation très tendue sur le terrain.

 

 

Le PDG a décidé de procéder à l’élection des membres du Bureau politique, du conseil national et du comité centrale. Autrefois les membres de ces instances étaient désignés lors d’un congrès. La nouvelle décision a créé des vives tensions dans le parti. Ces tensions se sont manifestées par des fraudes à l’origine de l’annulation du scrutin dans les provinces de la Ngounié, la Nyanga, l’Ogooué Maritime, l’Ogooué Ivindo et l’Ogooué Lolo.

Camille Boussougou

Suivez nous et Aimez nos pages