Six agents du laboratoire Gahouma au B2 pour malversation, l’Etat somme leurs collègues de cesser la grève

Six agents du laboratoire Professeur Gahouma ont été interpellé le weenk-end par les éléments de la Direction Générale des Contre-ingérences et de la Sécurité Militaire (DGCISM) communément appelée B2 dans le cadre d’une enquête suite à des comportements malveillants, a annoncé mardi le Coordonnateur général du Comité de pilotage du plan de veille et de Riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (COPIL), le général Romain Tchoua.

« Des agents du Laboratoire Professeur GAHOUMA ont observé un mouvement d’humeur lundi 2 novembre 2020, en soutien à 6 de leurs collègues qui ont été interpellés par la Direction Générale des Contre-ingérences et de la Sécurité Militaire (DGCISM) communément appelée B2 dans le cadre d’une enquête suite à des comportements malveillants », annonce la déclaration lue par le général Tchoua frappé de son uniforme militaire.


Selon la même déclaration, sur instruction du Premier Ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, le Ministre de la Défense Nationale et le Ministre de la Santé, tous deux en charge de la riposte au Gabon, ont tenu une réunion mardi 03 novembre avec les responsables du Comité technique du Copil et le personnel du Laboratoire Pr. GAHOUMA pour comprendre la raison de ce mouvement d’humeur d’une part et expliquer les motifs de l’interpellation des 6 agents, d’autre part.

Le coordonnateur du Laboratoire Pr. GAHOUMA a expliqué que la seule raison du mouvement est l’interpellation de leurs collègues, du fait qu’ils sont restés sans nouvelles d’eux pendant le weekend. Elle a souligné qu’en dehors de cela, il n’y a aucun problème au Laboratoire Pr. GAHOUMA. sexting

« Le Ministre de la santé a rappelé que le Laboratoire Pr. GAHOUMA est un maillon essentiel dans la riposte et que les agents doivent travailler avec honneur et intégrité ; dans le respect des valeurs humaines et de la population gabonaise d’autant plus que la crise sanitaire est toujours présente dans le pays, qui doit se préparer à une éventuelle deuxième vague de contamination », tonne le communiqué.

« Le Ministre de la Défense a, à son tour, fustigé le comportement des agents qui se sont érigés en syndicat dans une structure de cellule de crise, en solidarité à des personnes qui ont fait l’objet d’une interpellation individuelle. Il a exhorté les agents à retrouver la sérénité et à se remettre au travail car, l’enjeu des tests est lié à la sécurité du pays et de toute la nation qui compte sur le laboratoire Pr. GAHOUMA, une des plus grandes structures de lutte contre la Covid-19 en Afrique », tance le ministre de la Défense, Michaël Moussa Adamo.

Le COPIL rappelle que le laboratoire Pr. GAHOUMA a été mis en place en Mai 2020 par Monsieur le Président de la République, Ali BONGO ONDIMBA dans le but d’un dépistage massif de la COVID-19 et a tenu à ce que ce laboratoire soit baptisé du nom de l’illustre disparu.

« Le laboratoire est pour le pays, le symbole de la riposte à la COVID-19. Les agents doivent donc comprendre qu’il ne s’agit pas pour eux, de détruire le travail colossal qu’ils ont accompli jusqu’à ce jour », précise le texte à travers lequel le COPIL rassure la population que le laboratoire a repris ses activités de dépistage ce mardi 3 novembre 2020.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.