Sénatoriales : Ondo Methogo drible « Okocha » à Bitam

Emmanuel Ondo Methogo s’adressant à Ali Bongo Ondimba © archives Lalibreville.com

Emmanuel Ondo Methogo a finalement eu le dernier mot samedi à Bitam sur le poulain de René Ndemezo’o Obiang, alias Jay Jay Okocha (très grand footballeur et grand dribleur nigérian) en remportant haut les mains le siège de sénateur de Bitam (nord) qu’il avait quasiment perdu lors du premier tour le 30 janvier dernier.


Aussi appelé Methode, Emmanuel Ondo Methogo était seul candidat en lice. Son adversaire, Christian Edou Mintsa, le candidat de Démocratie nouvelle (DN) le parti de René Ndemezo’o Obiang ne s’est pas déplacé. Ses partisans également.

Le candidat du PDG, l’a emporté avec 100 % des voix exprimées. Sur un corps électoral de 64 inscrits, Emmanuel Ondo Methogo a obtenu 48 voix. 16 grands électeurs n’ont pas voté.

Lors du premier tour, Christian Edou Mintsa avait créé la surprise ont dominant le doyen Ondo Methogo d’une courte tête : 31 contre 30. Le candidat du PDG avait senti un « drible de classe internationale » façonné par Jay Jay Okocha. A son tour, il a fait valoir les absences au scrutin de certains élus pour faire invalider la victoire de son rival qui n’aurait pas été élu par la majorité absolue des élus locaux.

Le Centre gabonais des élections a fait valoir la loi électorale en matière d’élection des sénateurs pour imposer un second tour. Christian Edou Mintsa et son parti, découragés ont jeté l’éponge.

Avec cette nouvelle victoire, le PDG totalise 46 sénateurs sur un total de 52 élus.

Le PDG a par contre perdu le siège du département de la Boumi-Louétsi (Malinga) remporté à la surprise générale par le leader des Sociaux-Démocrates Gabonais (SDG, majorité), Juste Louango Bouyomeka.

Ce sont ces deux sièges qui restaient à pourvoir à l’issue du premier tour le 30 janvier dernier.

En plus des 52 sénateurs élus, le Président de la République nommera 15 autres. Ce qui fera un total de 67 sénateurs. Contre 102 depuis la création de cette chambre haute du parlement en 1997. Une double révision de la constitution en 2018 et 2020 a permis cette réduction ainsi que la nomination de certains sénateurs.

Carl Nsitou


error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.