Les constructeurs du 1er véhicule made in Gabon déplorent l’indifférence de l’Etat

Le véhicule GL1 en plein Rodage dans les rues de Libreville @ Gabonactu.com

 
 
Libreville, 20 juin (Gabonactu.com) – Adan Issindina, président de l’Association gabonaise des loisirs scientifiques et techniques(AGLST), une plateforme des jeunes scientifiques gabonais passionnés  qui  développent le  « projet GL1 », le véhicule made in Gabon,  a confié  dans un entretien exclusif à Gabonactu.com  les difficultés plombant l’aboutissement du projet.
 
 
Le projet GL1 a lancé il  y a peu un véhicule sous forme d’un engin tricycle, à titre expérimental.  L’invention  encore  au stade embryonnaire pourrait révolutionner dans le futur le secteur de l’automobile dans le pays.   Mais  GL1 est à la  recherche des soutiens financiers pour sa réalisation.
 
 
« On a laissé les courriers à plusieurs ministères, jusque-là,  c’est resté  lettre morte », a déploré M. Issindina, chef du projet GL1. Pour lui,  certains responsables des ministères brillent tout simple par leur indifférence. « Cela ne concerne pas mon département ministériel », avanceraient  certains ministres qui ne veulent pas apporter  un appui à un projet de fierté nationale.

Adan Issindina au volant de son véhicule tricycle @ Gabonactu.com


Nonobstant ces contraintes,  AGLST ne se laisse pas  décourager pour continuer à convaincre  les décideurs et autres éventuels mécènes. Le premier prototype  GL1 réalisé présente des détails techniques pertinents. Il associe  trois technologies d’engins à savoir : «  l’avion, la voiture et la moto ».
 
 
GL1 est un engin tricycle doté d’un certain nombre d’équipements moto à l’instar du moteur. L’engin à la forme avionique roule  typiquement comme un véhicule. Sa vitesse maximale,  70km à l’heure. Il pèse 400 kg.  « Il peut rouler d’ici Kango (100km), aller-retour avec  5 litres de carburant» seulement, présente-t-on. Dans son compteur, l’engin a déjà   880 de roulage.  L’objectif des promoteurs est celui de réaliser 4000km avant d’évaluer la durée de vie du véhicule.
Le véhicule GL1 roule sans anicroche @ Gabonactu.com

 
« Tout africain, tout gabonais doit comprendre qu’on a un retard énorme dans le domaine scientifique. Aujourd’hui quand on voit des véhicules roulé à Libreville il n y a aucun made in Gabon dedans. Est-ce que le temps n’est pas venu pour dire nous avons notre savoir-faire et nous sommes capables de nous prendre en charge? », s’interroge  Adan Issindina .
 
 
Le projet GL1 est  réalisé  entièrement avec les matériaux locaux. Il s’agit du bois dur associé  au fer, l’aluminium, le cuivre et autres métaux.
 
 
« Si on a un accompagnement dans le futur, on est capable de développer un véhicule qui peut être moins cher, pratique économique et adapté à nos bourses », ambitionne-t-il.
 


Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.