Melen : le ministre de la Santé coupe au bistouri les primes des agents du centre de santé mental

Le Ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong, a récemment convoqué à son cabinet les agents du Centre national de santé mentale (CNSM) de Melen pour leur annoncer que plus personne ne percevra ses primes à cause du désastre et de la mauvaise gestion de cet hôpital qui accueille les patients souffrant des troubles mentaux communément appelés « fous ».

« Il est inadmissible et anormal de payer régulièrement les primes pendant que la structure manque de médicaments pour la prise en charge des patients », a sèchement déclaré le ministre à ses collaborateurs tous médusés.


Ces propos du ministre sont consignés dans un communiqué du ministère de la Santé publié à l’issus de la réunion.

Au cours de la même rencontre, le ministre a annoncé que le personnel désormais sans primes doit lancer la 2ème phase de collecte des malades mentaux errants dans la capitale. Une enveloppe de 25 millions de FCFA sera injectée pour acheter les médicaments et les consommables médicaux.

En juillet 2020, le Dr Guy Patrick Obiang Ndong, fraichement promu ministre de la Santé avait ordonné le ramassage de tous les malades mentaux qui déambulent dans la capitale gabonaise dans un délai d’une semaine et leur internement dans le Centre de santé mental de Melen.

Le bilan de cette opération n’a pas été rendu public. Le personnel s’était plaint des conditions d’accueil déplorables et d’un dénuement ahurissant de l’hôpital. La restauration des patients ainsi que les médicaments spécialisés sont souvent en rupture dans l’établissement où plusieurs patients sont abandonnés par leurs familles biologiques.

Le Centre de santé mental de Melen, l’unique de ce genre au Gabon, est situé au PK 11 dans un coin quasi « oublié » de l’hôpital régional de Melen dont le ministre a également suspendu récemment les primes de tous les responsables pour mauvais gestion de l’établissement et du personnel.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.