Le médiateur de la République pas d’accord avec la réaction du gouvernement

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Médiateur de la République, Laure Olga Gondjout dans une déclaration publiée vendredi à Libreville a exprimé son désaccord suite à la réaction du Porte Parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze qui a jugé « inopportun » son appel du 7 mai dernier.

 

Voici toute la déclaration :


 

En écho à son appel pour l’apaisement, le Médiateur se félicite de la déclaration du Président du Conseil National de la Communication

visant à rappeler aux Hommes et Femmes de médias, la nécessité de respecter le professionnalisme, l’éthique et l’indépendance

qu’exige l’exercice du noble métier de journaliste.

 

Par ailleurs, le Médiateur de la République se réjouit de la décision prise par le Président du Conseil National de la Démocratie, visant à faire adopter un code de bonne conduite par les Acteurs de la

Classe Politique. Le Médiateur de la République tient à exprimer ses encouragements pour cette initiative susceptible de rasséréner le climat socio-politique.

 

En outre, le Médiateur de la République, note avec beaucoup de surprise le qualificatif « inopportun » utilisé par le Ministre de la

Communication, Porte-Parole du Gouvernement, s’exprimant au nom du Gouvernement, lors d’une conférence de presse tenue à

Libreville, le jeudi 12 mai 2016.

 

Le Médiateur de la République rappelle que c’est effectivement, dans le cadre de ses missions, visant à rechercher en période de crise les solutions en vue de rétablir la paix sociale, qu’il a pris l’initiative d’entreprendre une série de consultations auprès de nombreux acteurs de la classe politique, de la Société Civile, d’autres Forces Vives de la Nation et du Corps Diplomatique.

 

Au regard de ce qui précède, le Médiateur de la République tient à rappeler, si besoin en est, qu’il lui est fait mandat selon l’article 3 de la Loi N°043/2010 du 2 mai 2011 portant institution du Médiateur de la République :

« – d’assurer auprès des administrations, des collectivités locales, des établissements publics et tous autres organismes investis d’une mission de service public, les fonctions de médiation, de concertation, de protection et de promotion des droits et qu’à ce titre, il est notamment chargé :

– de connaître des réclamations de toute personne physique ou morale qui s’estime lésée par le fonctionnement des services de l’État ;

– de rechercher en période de crise les solutions en vue de rétablir la paix sociale ;

– d’inciter l’esprit d’équité dans l’application des textes ;

– de contribuer à la modernisation des services publics par des propositions de simplification des procédures, de réforme de l’administration, d’actualisation des textes et d’observation des principes et règles déontologiques du service public… ».

 

Le Médiateur de la République voudrait également noter que son appel du 07 mai 2016 s’adresse à tous les Gabonais et toutes les

Gabonaises, sans exclusive, qui ont en commun et par dessus tout, l’amour sincère de leur pays, la préservation de la stabilité du

Gabon et la volonté que notre pays s’inscrive résolument sur la liste des pays où le Dialogue fait le lit de la Démocratie.

 

Le Médiateur de la République demeure convaincu que le Gabon peut devenir une Nation forte avec un Peuple qui sait se parler. Il réitère son Appel lancé le 07 mai 2016 après avoir rencontré l’ensemble des Personnalités consultées qui ont non seulement salué l’initiative mais qui lui ont réservé un accueil à la hauteur de la démarche, conscientes des réalités que traverse notre pays le

Gabon.

 

Le Médiateur de la République se met au dessus d’amalgames peu judicieux et qui ne peuvent apporter aucune solution au tableau dépeint par nos Compatriotes. Et il réaffirme sa volonté de voir les

Gabonais et les Gabonaises œuvrer pour une Concorde vraie.

 

Fait à Libreville, le vendredi 13 mai 2016

 

LE MÉDIATEUR DE LA RÉPUBLIQUE

 

Laure Olga GONDJOUT


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.