Mairie de Mabanda : odeur d’un détournement de deniers publics

Érigée en commune de plein exercice depuis 1996, la municipalité de Mabanda, capitale départementale de la Doutsila dans la province de la Nyanga (sud-ouest) est confrontée depuis près d’une quinzaine d’années à une gestion opaque et chaotique des ressources financières mises à disposition par l’Etat. L’arrivée à la tête de ce conseil municipal du Parti social-démocrate (PSD, opposition) enfonce encore davantage la collectivité.

Le bilan du compte administratif de l’exercice 2019 de la Mairie de Mabanda effectué en décembre 2020 révèle des graves distorsions concernant surtout le budget d’investissement. Le budget global étant de 95 716 388 FCFA, celui d’investissement est de 18 millions. Seulement, l’investissement n’a pas été exécuté conformément aux délibérations.

Selon les documents à notre possession, le budget d’investissement semble n’avoir pas été orienté vers les projets retenus. Par exemple, la quincaillerie dont la réalisation est chiffrée à 4 millions n’existe pas. Il en est de même de la réhabilitation du réseau hydraulique d’eau potable à travers une partie de la commune. L’argent aurait été décaissé pour service non fait.


Le projet relatif à la mise en place d’un dépôt de bouteilles de gaz butane semble avoir été exécuté également avec beaucoup d’incongruités. Il y aurait seulement 100 bouteilles pourvus au lieu de 200 bouteilles de gaz domestiques comme envisagé.

La menuiserie, unité centrale de production des recettes de la municipalité par excellence  a seulement produit 750 000 FCFA de recettes propres contre 1,700 million de dépenses de fonctionnement. Un déséquilibre prononcé constaté dans d’autres projets.

Le président du conseil municipal actuel, Amedé Mihindou a fait cette session du compte administratif exercice 2019 sans documents comptables justificatifs (quittance de versement au trésor, reçu, …).

La grogne est latente au sein de la Municipalité de Mabanda dirigée par le PSD (4 conseillers) en alliance avec deux autres formations politiques de l’opposition, Les Démocrates (LD,3 élus) et l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE, 2 élus). Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) quant à lui compte 8 conseillers municipaux.

Dans cette gestion peu orthodoxe de la Maire de Mabanda, les élus du PDG qui sont censés faire le contrepouvoir pour la bonne marche de la collectivité, semblent être complices. Les 8 élus du parti au pouvoir ont curieusement voté pour valider ce compte administratif dont le bilan a été fait sans justificatifs. Sur un collège électoral de 17 membres, 16 ont voté Pour, 0 Contre et une abstention.

La même mascarade de gestion serait également perceptible sur le compte administratif de l’exercice 2020.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.