Le Japon doit davantage s’impliquer dans le développement de l’Afrique centrale (Représentante de l’UA)

Accrédité au Gabon en août 2020, l’ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire du Japon, SHUJI NOGUCHI  a été reçu récemment pour la première fois par le chef du Bureau de liaison de l’Union Africaine auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), Hortense Nguema OKome qui a souhaité que cette puissance économique mondiale s’implique davantage en Afrique centrale dans le cadre de ses projets de développement impulsés par la TICAD.

Au cours de cet entretien qui s’est déroulé presque entièrement en langue japonaise que la diplomate de l’Union Africaine maîtrise parfaitement, les deux interlocuteurs ont fait le tour d’horizon de l’actualité, internationale, avec les méfaits de la pandémie du Covid-19 sur le développement des pays de toutes la planète, l’Afrique comprise, continentale avec le lancement de la Zone de Libre Echange Continentale africaine (ZLE-CAF), et régionale avec le passage de la CEEAC d’un secrétariat général à une commission grâce à la Réforme institutionnelle menée par les instances supérieures de l’organisation communautaire.


Le chef du Bureau de liaison de l’Union Africaine a édifié son hôte sur le rôle que joue l’Union Africaine au sein du continent et des Communautés Economiques Régionales (CER), sur les relations entre l’Union Africaine et la CEEAC et sur le processus de Réforme institutionnelle engagée au sein de la CEEAC.

En dépit de la pandémie du Covid-19 qui freine sensiblement les efforts de développement de la région, la CEEAC a pu mener à terme son processus de Réforme et installer les nouveaux dirigeants de la Commission qui sont déjà à pied d’œuvre pour mettre en œuvre les missions que les chefs d’Etat et de gouvernement leur ont assignées entre autre, lors de leur Conférence ordinaire tenue en Décembre 2020 à Libreville.

L’ambassadeur du Japon s’est félicité du rôle éminemment majeur joué par le Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba dans l’heureux aboutissement dudit processus, en sa qualité de Président en exercice de la CEEAC.

Consciente de la place qu’occupe le Japon dans le développement des pays africains, Hortense Nguema OKome a fait un vibrant plaidoyer en faveur des Etats membres de la CEEAC auprès de son hôte. 

« Je souhaite que le Japon implique fortement et directement les Etats membres de la CEEAC dans le cycle des Conférences internationales de Tokyo pour le Développement de l’Afrique(TICAD) » a-t-elle martelé. « Nous voulons que le Japon mette l’Afrique centrale aussi au centre de ses intérêts en Afrique afin que notre sous-région puisse tirer largement bénéfice des projets et programmes de la TICAD », a ajouté la diplomate de l’Union Africaine.

S’agissant des questions de paix et de sécurité en Afrique centrale, Mme Nguema Okome a assuré son hôte sur l’engagement des dirigeants actuels de la Commission de la CEEAC sous l’impulsion des Chefs d’Etat et de gouvernement, de trouver au plus vite des solutions afin d’éradiquer tous les maux qui minent la région d’Afrique centrale.

L’ambassadeur du Japon en République Gabonaise a marqué toute sa satisfaction à l’issue des échanges avec le chef du Bureau de liaison de l’Union Africaine et promis d’être son fidèle interprète auprès du gouvernement de son pays, quant aux doléances émises.

Source : CEEAC


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.